Home EDUCATION CENTRAFRIQUE : Premier festival des jeunes et enfants de la rue organisé...

CENTRAFRIQUE : Premier festival des jeunes et enfants de la rue organisé par l’Association Paix et Réconciliation.

0
SHARE

Le président de l’Association Paix et Réconciliation en Centrafrique, Ismaïla Famby Mandjo, s’est dit satisfait à la suite du premier festival organisé à l’intention des jeunes et des enfants de la rue, mercredi 23 août 2017, à Bangui.

Organisé autour du thème « vacances dans la paix et la réconciliation », cette grande fête de la musique a pour objectif de proposer aux jeunes et enfants de la rue des moments de réjouissance.

Ismaïla Famby Mandjo a regretté le fait que ces enfants « sont laissés pour compte et qu’ils vivent dans le dénuement total ».

Il a pris pour exemple l’absence de lit pour ces enfants, l’absence d’accès aux soins de santé, l’absence de scolarisation et même l’absence de l’accès à la nourriture.

Dans le but de mieux conduire l’activité, trois orchestres ont été invités. Il s’agit de Zokéla Hiti Maïti de Dibaba A La Gomme ; de Nouvelle Ecriture de Ozaguin et de Sapéké Maison Mère de Losséba Ngoutiwa.

Le groupe comique « Les Perroquets » était également de la partie.

Il est à noter que ce festival a été jalonné de jeux et concours, notamment des interprétations et des danses.

Les gagnants ont reçu des prix allant de 5.000 à 50.000 francs CFA.

Après ce festival, l’Association Paix et Réconciliation se propose de mettre le cap sur Bria, chef-lieu de la Préfecture de la Haute Kotto, en vue d’apporter une aide médicale aux personnes déplacées du site du PK3.

Rappelons que l’Association Paix et Réconciliation est une initiative qui a vu le jour en 2013. Elle a pour ambition de promouvoir la paix et la réconciliation en République Centrafricaine, une paix et une réconciliation mises à rude épreuve à la suite des effets pervers de la grande crise née dans le pays à la suite de la rébellion de la coalition Séléka et qui a comme corollaire les massacres des populations, les pillages et la destruction des biens privés et publics.

Ismaïla Famby Mandjo persiste et s’attend à ce que les Centrafricains de la diaspora reviennent dans leur pays pour à la fois participer à sa construction et porter secours à leurs compatriotes en détresse.

Source : Centrafriqueactu / Alain-Patrick Mamadou / ACAP

SHARE