Home CULTURE COTE D’IVOIRE : Kolo Kamara Danielle : La promotrice de « Tenue...

COTE D’IVOIRE : Kolo Kamara Danielle : La promotrice de « Tenue Traditionnelle Ivoirienne ».

0
SHARE
Kolo Danielle

Kolo Kamara Danielle a fait une bonne partie de ses études au centre du pays de la Côte d’Ivoire. Ce n’est qu’après le BEPEC qu’elle s’est installée à Abidjan. Informaticienne de formation, elle est actuellement Community manager dans une structure de la place. Mais elle est surtout connue grâce à « Tenue Traditionnelle Ivoirienne ». Cette passionnée de culture et de mode nous parle de cette structure qui est donnée pour mission de mettre en valeur les tenues traditionnelles ivoiriennes.

Ze-Africanewscom : Comment une informaticienne de formation s’est-elle retrouvée à promouvoir les tenues traditionnelles ivoiriennes ?
Kolo Kamara Danielle: (Rires) C’est une très longue histoire, mais je vais essayer de faire court. Cette initiative je la dois au Professeur Mian avec qui je travaillais après ma formation, et qui m’a dit un jour : « petite il va falloir que tu te débrouilles seule ». J’avoue que j’ai reçu un choc et je suis restée triste pendant un bon avant de me rendre compte qu’il venait juste de m’apprendre le proverbe chinois qui dit « apprends-moi à pêcher au lieu de me donner du poisson ». Pendant le laps de temps où je suis restée sans travailler, les idées affluaient. Vous savez l’esprit est très fertile quand on manque de financements. J’ai donc commencé avec 50 000 francs la vente des nappes de Korhogo (Région Nord du pays). Je me suis ensuite laissée séduire par les richesses dont regorge mon beau pays. La suite vous la connaissez… La plateforme Tenue Traditionnelle Ivoirienne.

« L’esprit est très fertile… quand on manque de financements ! »

Pourquoi cette passion pour les pagnes ?
Ma passion m’est venue de ma mère. En effet chez les baoulé de Côte d’Ivoire la tradition demande à la mère d’offrir un pagne à sa fille. Lors de mon baptême ma mère m’en avait offert un très beau. Ce cadeau a été un déclic pour moi. Mon premier pagne comment l’oublier ! Waouh, il était beau, d’un bleu profond et éclatant, avec des fibres en couleurs or, rouge et vert. Et plus tard, devenue grande je me suis intéressée d’avantage aux magnifiques pagnes de mon pays. Je me suis mise à voyager à travers le pays à la découverte d’autres styles de pagnes.

Il t’arrive aussi de franchir les frontières du pays pour vendre ta culture ?
Oui grâce à Dieu et à la confiance grandissante des internautes, j’ai pu me rendre au Mali et au Benin. Au Mali, pour m’occuper d’une sublime mariée ivoiro-malienne. Cela a été une très belle expérience et une grande fierté pour moi de faire découvrir et faire aimer une partie de notre culture et donc de notre pays la Côte d’Ivoire. Au Benin, j’ai été invitée à présenter quelques tenues ivoiriennes au cours du concours Miss tradi Benin. A cet effet j’ai même reçu le ‘‘Prix de la meilleure habilleuse en tenue traditionnelle’’. Par ailleurs je profite de l’espace que vous m’accordez pour dédier ce prix à tous ceux et celles qui ont toujours cru en TTI.

Quelles sont les satisfactions que ce travail t’apporte ?
La plus grande satisfaction c’est le sourire qu’on peut lire sur le visage des mariés que j’habille. La lueur qu’on peut voir dans leur regard et qui dit waouh merci de m’avoir sublimé. Et bien sûr je ne nierai pas le fait qu’il y a aussi une satisfaction financière. Ce métier permet de nourrir son homme.

Ses oeuvres

SHARE