Home CULTURE CÔTE D’IVOIRE : Usher Aliman « Le zouglou doit rester insoumis ».

CÔTE D’IVOIRE : Usher Aliman « Le zouglou doit rester insoumis ».

0
SHARE
Usher Aliman, author et journalist.

Usher Aliman est un journaliste originaire d’Eboinda au sud-est de la Côte d’iVoire.  Il est titulaire d’une maîtrise des sciences et techniques de la communication et d’une licence de Lettres modernes. Il exerce le métier de journaliste depuis 2002. Il a commencé ma carrière de journaliste au magazine Top Visages. Il y était le responsable de la célèbre page Top potins. Il a, plus tard, également occupé le poste de secrétaire général de rédaction du magazine. Il a été Rédacteur en chef du magazine télé « Dimanche de foot » sur RTI 1. Il est chroniqueur radio sur Fréquence 2. Il est également auteur d’œuvres sur les cultures urbaines africaines, dont il nous parle dans cet entretien.

Ze-Africanews.com : Comment est née l’idée d’écrire sur le coupé ç- et le zougou ?
Usher Aliman : L’idée d’écrire un livre sur l’histoire du coupé-décalé est partie d’une enquête journalistique toute simple : en 2003-2004, les créateurs du coupé-décalé étaient reconnus comme les maîtres du « travaillement » (distribution publique de billets de banque). Ils dépensaient des sommes folles à chacune de leurs sorties. La curiosité journalistique m’a poussé à faire une enquête sur l’origine de l’argent des créateurs du coupé-décalé et surtout pourquoi ils le gaspillaient aussi facilement. Au fil de l’enquête, au fil des années, les révélations, les confessions, les découvertes étaient tellement nombreuses qu’elles ne pouvaient pas tenir dans un article de presse ni même dans un journal entier. J’ai alors décidé d’aller plus loin dans mon enquête pour en faire un livre. ‘’Douk Saga ou l’histoire interdite du coupé-décalé, un destin fracassé’’ est né après une enquête qui a duré dix ans.

Dites nous-en plus sur le livre ?
Le livre raconte l’histoire du coupé-décalé avec en filigrane, le parcours de vie de Douk Saga. Pour parler de Douk Saga, je dirai que c’était un personnage haut en couleurs, très imprévisible mais avec la main sur le cœur. Enfant, Douk Saga a côtoyé le luxe sans pouvoir en jouir. Une fois adulte, il a voulu rattraper toutes ses frustrations d’enfance. Pour l’avoir côtoyé, je puis vous dire que c’est quelqu’un qui adorait le luxe et qui avait une très haute estime de lui-même. L’autre chose que je retiens, c’est qu’il était très intelligent et savait exactement là où il voulait arriver et comment y arriver. Dommage qu’il ait eu ce destin d’étoile filante.

Pourquoi « destin fracassé » ? Que doit-on retenir de Douk Saga ?
Destin fracassé parce que Douk Saga est mort dans la fleur de l’âge, au sommet de sa gloire. Maintenant la question est : a-t-il lui-même fracassé son destin ou quelqu’un d’autre l’a-t-il fait ? Les réponses se trouvent dans le livre.

« Dans le coupé-décalé, si le public ne veut plus d’un artiste, il disparait presqu’aussitôt de la scène. »

Quelle est l’influence de rythme sur la jeunesse ivoirienne, voire africaine ?
Au-delà du coupé-décalé musique qui fait danser l’Afrique et sa diaspora, il y a le coupé-décalé phénomène de société qui influence bien des jeunes. Je vous donne un exemple : avant l’avènement du coupé-décalé, les jeunes Ivoiriens se referaient beaucoup aux deux Congos en matière de mode, d’habillement. On déplaçait des Congolais pour venir faire des shows d’habillement pour les ivoiriens. Avec les coupé-décalé, les Ivoiriens osent eux-mêmes leur propre style vestimentaire. Cette audace vestimentaire, ce sont les créateurs du coupé-décalé qui l’ont eu en premier. Autre chose, aujourd’hui le phénomène du «broutage » (arnaque sur internet) a pris de l’ampleur et on accuse les créateur du coupé-décalé de l’avoir inventé. Mon livre explique en quoi le coupé-décalé influence (volontairement ou pas) le phénomène du broutage.

Certains n’hésitent pas à critiquer le coupé décalé : musique assourdissantes, textes sans intérêt, voire grossiers ?
Il y a du vrai dans ces critiques. Mais après, le public est juge seul. Depuis l’avènement du coupé-décalé, des dizaines de stars sont nées avant de tomber dans l’oubli parce que le public n’en voulait plus. Dans le coupé-décalé, si le public ne veut plus d’un artiste, il disparait presqu’aussitôt de la scène. Combien d’artistes coupé-décalé ont été tout en haut de l’affiche avant de tomber dans l’oubli le plus total ? Des dizaines. L’autre chose que je veux dire, c’est qu’à la base, le coupé-décalé est festif dans son ADN. Il a été créé pendant la première guerre civile en Côte d’Ivoire pour distraire, pour faire oublier les affres de ce conflit. Le zouglou qui est un autre genre musical ivoirien est plus enclin et faire des textes pour conscientiser. Les textes grossiers dans le coupé-décalé se sont surtout multipliés ces dernières années. Bien sûr, il faut les dénoncer et les condamner parce qu’il y a des enfants qui écoutent ces textes. Au besoin censurer tous les textes grossiers, si tant est qu’on peut censurer un artiste à l’ère d’internet.  

Usher Aliman, auteur et journaliste.

Qu’en est-il du livre sur le zouglou, ‘’Espoir 2000, les secrets d’un zouglou insoumis’’ ?
L’idée m’est venue en 2014, soit une année avant la célébration du 25e anniversaire du zouglou. Je voulais écrire l’histoire de la génération zouglou (des créateurs du zouglou jusqu’aux zouglous de la première et deuxième génération). Je voulais écrire cette histoire avec le parcours du groupe zouglou Espoir 2000 en fil rouge parce qu’au départ ce groupe était le creuset de plusieurs talents zougloutiques. De nombreuses stars du zouglou actuel étaient membres du groupe Espoir 2000 avant de voler de leurs propres ailes.  

Le livre raconte l’histoire de la génération zouglou avec le parcours d’Espoir 2000 ?
Le zouglou, genre musical né sur les campus universitaire ivoirien a vocation à porter les revendications sociales des laissés-pour-compte, du bas peuple. Généralement ce zouglou-là n’a pas froid aux yeux quand il s’agit de cracher ses vérités aux gouvernants. Ce zouglou-là n’a jamais été soumis ni dompté. Quels que soient les régimes qui se succèdent en Côte d’Ivoire, les artistes zouglous ont toujours dénoncé la mal-gouvernance, les détournements de fonds les enrichissements illicites, la corruption endémique, les délits d’initiés etc. Et à mon avis le zouglou doit rester insoumis parce qu’il est l’un des rares porte-voix encore crédibles en Côte d’Ivoire.

Sur quoi travaillez-vous en ce moment ?
Je travaille en ce moment sur deux autres livres. Je travaille également sur un documentaire consacré à l’artiste Meiway et au zoblazo. Pour ce faire j’ai dû aller faire la formation ‘’Devenir un pro de la télé’’ dispensée par Galaxie Africa (structure productrice de l’émission télé ‘’Réussite’’), en collaboration avec Canal+ et Vivendi.

 

SHARE