Home AFRIQUE DE L’OUEST GAMBIE : Une délégation de la CEDEAO à Banjul.

GAMBIE : Une délégation de la CEDEAO à Banjul.

0
SHARE

La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (la CEDEAO) a envoyé une délégation en Gambie ce mardi pour rencontré le président Yaya Jammeh sur l’actuelle crise politique post-élection.

Les Présidents du Nigéria, du Libéria et de la Sierra Leone Muhammad Bihari, Ellen Johnson Sirleaf et Ernest Bai Koroma, ainsi que le représentant spécial pour l’Afrique de l’Ouest, le ghanéen Mohammed Ibn Chambras composent la délégation. Leur objectif : faire revenir le président sortant à la raison.

Le président Yaya Jammeh au pouvoir depuis 22 ans a été battu au scrutin le 1er décembre dernier. Il avait de suite accepté et même félicité son challenger Adama Barrow avant de contester les résultats du scrutin vendredi. La délégation va s’atteler à convaincre le nouvel homme de reconnaître sa défaite et de quitter le pouvoir.

A ce jour, le locataire du palais gambien refuse catégoriquement de céder la présidence à son vainqueur. Candidat à sa propre succession, il avait déclaré pour justifier sa décision inattendue : «Tout comme j’ai loyalement accepté les résultats, en croyant que la Commission électorale était indépendante, honnête et fiable, je les rejette dans leur totalité». Il a demandé ainsi l’organisation d’un nouveau scrutin.

Des militaires lourdement armés étaient disposés dans les lieux stratégiques comme le pont Denton Bridge, le palais présidentiel et le port.

Ce coup de force a été décrié par la population gambienne en premier. Adama Barrow, le gagnant de cette élection a également souligné lors d’une conférence de presse que le président Jammeh n’avait pas le pouvoir constitutionnel de convoquer un nouveau scrutin. Lundi l’ensemble des avocats du Barreau du pays ont affirmé que la demande de Yaya Jammeh de nommer des juges pour statuer sur la situation, qui devaient être nommés depuis 2015, n’était juridiquement pas recevable.

Le conseil de Sécurité de l’ONU, L’Union européenne, l’Union africaine ainsi que la communauté internationale ont dénoncé et condamné ce revirement de situation du président gambien.

Aujourd’hui, la CEDEAO travaille, se concerte, et va rencontrer les responsables de l’opposition gambienne ainsi que le président sortant pour que ce dernier puisse rendre le pouvoir et respecter sa défaite.

Le président de la Commission de la CEDEAO, Marcel de Souza a récemment rappelé que la voix diplomatique est privilégiée mais qu’une intervention militaire pourrait être envisagée pour faire respecter la voix des urnes qui est celle du peuple gambien.

SHARE