Home BANQUE et TOURISME SENEGAL : Les activistes du Front anti-CFA font cancaner.

SENEGAL : Les activistes du Front anti-CFA font cancaner.

0
SHARE

Des manifestants se rassemblent dans plusieurs capitales de l’Afrique de l’Ouest pour demander à leurs pays d’abandonner le franc CFA en faveur d’une monnaie africaine commune. Les passions sur le sujet ont été relancées depuis que le Sénégal a arrêté et expulsé un militant pour avoir brûlé une facture CFA lors d’un rassemblement, ce qui fait cancaner plus d’un senegalais.

L’ONG urgences Panafricaines a appelé à la manifestation. Le Sénégal a récemment expulsé le fondateur du mouvement, l’activiste franco-béninois Kemi Seba, après avoir brûlé aux vu et su du monde entier une note de 5 000 CFA lors d’un rassemblement à Dakar au mois août dernier.

La France a créé le CFA dans les années 1940 pour ses colonies africaines. Le CFA est rattaché à l’euro et garanti par des réserves monétaires nationales déposées auprès du Trésor français. Le Sénégal est l’un des 14 pays des deux unions monétaires de l’Afrique de l’Ouest et du Centre qui utilisent toujours le CFA.

Au marché animé de Dakar, Marche Tiléne, de nombreux commerçants s’intéressent au débat, bien que les arguments demeurent plus émotifs que économiques. « Ce n’est pas une monnaie africaine, alors nous considérons qu’il s’agit d’une monnaie nazie qui nous est imposée par le colonisateur », a déclaré le commerçant Diodio Ndiaye. Le propriétaire de la boutique, Tyma Style , favorise également une nouvelle monnaie.« J’aimerais que le Sénégal ait sa propre monnaie », a-t-elle déclaré. « De la même manière que nous parlions du franc français, j’aimerais que nous parlions du franc sénégalais ». M. Diouf, le chef de Marche zinc, est consent. « Nous sommes africains. Nous devons nous organiser et nous mobiliser pour une monnaie commune », a déclaré Diouf.

Les défenseurss du franc CFA disent qu’ils ont empêché l’inflation et l’instabilité. Ils indiquent les expériences de voisins comme la Guinée Conakry et le Nigéria comme des récits de mise en garde de le faire seul. Mais les critiques affirment que la monnaie est trop forte et étouffe la croissance économique. Le commerce régional s’est développé en dehors de la zone euro à des partenaires comme la Chine et les États-Unis.« Lorsque vous avez une devise fixée à une devise forte comme l’euro, il est facile à importer. Mais lorsque vous souhaitez exporter, vos produits ne peuvent pas rivaliser avec d’autres pays étrangers », a déclaré Ndongo Samab Sylla, économiste de la Fondation Rosa Luxemburg.

Les pays utilisant le CFA sont libres de l’abandonner, mais aucun des 14 gouvernements n’a annoncé une telle intention. Et pour les spectateurs de cette dernière manifestation anti-CFA, cela peut être pour le mieux. « Je ne les reproche pas. Tout le monde a sa façon de penser. Mais nous ne serons nulle part si le Sénégal crée sa propre monnaie et quitte le CFA », a déclaré Ahmadou Bamba Badiane, en regardant la protestation.

Pour le moment, le débat se poursuit. Mais au cours de la dernière année, les présidents du Sénégal et de la Côte d’Ivoire ont réaffirmé publiquement leur soutien au CFA, ce qui rend peu probable qu’il disparaîtra bientôt.

SHARE