Home A LA UNE 2 SENEGAL : Les frères Gomis anticonformistes, éclectiques, des artistes hors pair.

SENEGAL : Les frères Gomis anticonformistes, éclectiques, des artistes hors pair.

0
SHARE

C’est à la suite d’un voyage révélateur aux Etats-Unis en 2002, que les deux frères GOMIS, franco-sénégalais, commencèrent à affûter leur plume. C’est à cette époque qu’ils prirent conscience de leur potentiel et qu’ils créèrent le groupe ILLEGALSEN, patronyme fusionnant le mot “Illegal” pour leur aspect contestataire, et “Galsen” (Sénégal en verlan) pour rappeler leurs origines. Le premier tournant fût la rencontre artistique avec les compositeurs JLBR et LAOSTHAA principaux pourvoyeurs de son du duo Dionysien.  Le second tournant fût la création du label “Nevralzyk” en 2005, regroupant outre Daromax et Ethymo, le prometteur producteur JLBR et son groupe “Solda du mic”. Cette structure permettant à l’équipe de s’auto produire en livrant en 2006 le 1ER maxi éponyme « Illegalsen » en 2008 la compilation Nevralzyk « Valium 1 ». Ce projet leur a permis de collaborer avec des artistes reconnus de l’underground français comme Alibi Montana, Alpha 5.20, Doudou Masta et Six Coups MC, et d’écumer dans le cadre de festival de nombreuses scènes dans des salles prestigieuses comme le Bataclan ou l’Elysée Montmartre. Revendicateurs et anticonformistes, les deux rappeurs aux textes incisifs et aux flows percutants, dépeignent le quotidien de jeunes en milieu urbain.

Ze-Africanews : Comment êtes-vous arrivée à la musique et la chanson ?

Illegalsen : C’est à la suite d’un voyage révélateur aux Etats-Unis en 2000, que nous avons commencé à aborder la musique de manière sérieuse.

Ze-Africanews : Comment vous définissez-vous en tant qu’artiste ?

Illegalsen : Nous sommes anticonformistes,  éclectiques et polyvalent, nous aimons la prise de risque artistique pour ne pas nous enfermer dans divers clichés.

Ze-Africanews : Pour vous c’est quoi une bonne musique, une belle chanson, un beau son ?

Illegalsen : Un morceau d’Illegalsen !!!

Ze-Africanews : Pourquoi ce genre musical ?

IllegalsenC’est le genre qui nous a le plus touché durant notre jeunesse, c’est donc logiquement que nous avons commencé à faire du rap. De plus, vivant à Saint-Denis dans le 93, berceau du hip hop en France, le rap y est très présent et influent. Ce genre musical touche aussi bien les enfants, les adolescents, que les adultes.

Ze-Africanews : Pour vous le Rap rime-t-il avec recherche de justice sociale ?

IllegalsenPas forcément, cela dépend des morceaux, certains sont engagés, d’autres plus légers ou festifs. Notre musique est un bon compromis entre fond et forme, nos morceaux qu’ils soient « conscients » ou « egotrip » sont toujours écrits avec soin au niveau des paroles, avec un souci du mot juste et accrocheur.

Ze-Africanews : Selon vous le Hip Hop c’est un engagement ou une simple passion ?

Illegalsen : C’est de l’engagement, de la prise de position, le tout guidé par la passion du hip hop et du rap plus particulièrement.  C’est ce qui nous a poussé à nous structurer, en créant  notre propre label « Nevralzyk » pour faire de notre passion, une activité professionnelle

Ze-Africanews : D’où est née cette passion ?

Illegalsen : Naturellement et petit à petit, d’abord de l’influence de l’entourage  qui nous a mené à écouter du rap puis suite à des voyages à New York nous avons commencé à écrire des textes. Par la suite nous avons débuté les enregistrements de maquettes en studio.

Ze-Africanews : Que ressentez vous quand vous êtes devant le public et pourquoi ?

Illegalsen : Nous souhaitons faire partager  notre vision des choses et communiquer notre sensibilité musicale au plus grand nombre, et pour ce faire la scène reste le meilleur moyen.

Ze-Africanews : Depuis quand êtes vous en France et pourquoi ?

Illegalsen : Nous sommes nés et avons grandi en France.

Ze-Africanews : Quel rapport avez-vous avec votre pays d’origine ?

Illegalsen : Nous entretenons un  lien très fort avec notre pays d’origine, le nom de notre groupe est issu d’un jeu de mot avec le mot Sénégal (« iIllegal » pour l’aspect rebel  et contestataire, et « Galsen » Sénégal en verlan), c’est dire à quel point notre pays d’origine constitue une fierté pour nous.

Ze-Africanews : Quelles sont vos perspectives d’avenir ?

Illegalsen : Sortir notre premier album « Passation de pouvoir » dans le courant de l’année 2011 et multiplier les concerts à travers la France et éventuellement à l’étranger, pour le défendre sur scène.

SHARE