Home BREAKING NEWS SENEGAL : Une korité mitigée sous les couleurs des législatives.

SENEGAL : Une korité mitigée sous les couleurs des législatives.

0
SHARE

Au Sénégal, célébrer l’Aid el Fitr dans la division semble être une tradition. L’espoir de fêter la fin du ramadan le même jour était grand au sein de toutes les confréries religieuses du pays dans la mesure où elles avaient débuté le jeun le même moment. Pour cette année consécutive, même si la korité est célébrée dans la division, les sermons ont été pratiquement tournés sur les élections législatives du 30 juillet 2017 prochain chez tous les imams. Le contexte de post campagne les a, sans doute, encouragés à appeler à l’apaisement, à la paix mais également à inviter les fidèles et plus particulièrement les hommes politiques à renouer avec les valeurs de l’islâm.

Pour avoir démarré le jeun ensemble, nombreux étaient ceux qui croyaient que la fête allait être célébrée le même jour mais la réalité était tout autre. Cette situation de désunion de l’ensemble de la communauté musulmane n’a pas laissé indifférent l’imam Ratib de la grande mosquée de Dakar lors de son discours. « Comme on avait démarré le mois de ramadan ensemble, logiquement, on devait le terminer ensemble. Mais il y a toujours un des groupes qui veut se singulariser dans sa manière de percevoir et de faire les choses. Nous sommes lundi mais les textes du Saint Coran sont clairs. Si la lune apparaît, jeûnez, s’il réapparaît rompez le jeûn. Mais si des facteurs font qu’elles ne puissent pas être perçues à l’oeil nu, jeûnez 30 jours. Ceux qui ont pris sur eux la responsabilité de rompre le jeûne le dimanche l’on fait de façon délibérée.», a-t-il indiqué.

A l’opposé de l’imam, le président de la république Macky Sall semble être plus conciliant : « l’islam est une religion de tolérance et de ce point de vue, le fait que la korité soit célébrée de manière dispersée n’est pas un mal. Elle est une source de richesse. Apprenons à nous accepter dans nos différences puisqu’il appartient au Seigneur d’agréer les actes de dévotions de ses créatures.» a-t-il déclaré au sujet de cette double Korité.

Cependant, à quelques semaines du scrutin législatif, force est de constater qu’en dehors de cette division de la célébration de la fin du ramadan, les élections législatives du 30 juillet ont constitué un sujet de discussion et de préoccupation. Pour imame Alioune Moussa Sambe par exemple, qui, après avoir déploré le nombre pléthorique de liste de candidats, a pensé que ce fait inédit « doit inciter les acteurs politiques à une introspection » car selon lui si on en est arrivé là «c’est parce que les hommes politiques sont très imbus de leur personne à telle point qu’aucun d’entre eux n’est prête à suivre l’autre». Et toujours selon ses propres termes : «Tant que cette situation va perdurer l’émergence du Sénégal restera un rêve.».

Toutefois, après ce discours d’alerte et de mise en garde, l’imam Sambe n’a pas manqué de formuler des prières pour le président de la République Macky Sall et pour le sénégal dans son ensemble.

SHARE