Home CULTURE COTE D’IVOIRE : Les “voleurs de rêves d’Oumar Ndao.

COTE D’IVOIRE : Les “voleurs de rêves d’Oumar Ndao.

0
SHARE
Oumar Ndao, écrivain-journaliste et auteur de "Les voleurs de rêves".

Oumar Ndao est un sénégalais qui vit à Abidjan. Marié et père de famille, il travaille comme journaliste-correcteur pour des hebdomadaires ivoiriens :  “Gbich » ! “Go Magazine” et “Allo Police”. Il profite du peu de temps libre dont il dispose pour s’adonner à coeur joie à l’écriture : sa passion.

Ze-Africanews.com : Comment êtes-vous arrivé à l’écriture ?
Oumar Ndao :
Par la lecture. Tout simplement. Je me suis très tôt découvert une passion pour la lecture. Cela a commencé par des bandes dessinées que me ramenait mon père. Mon adolescence a été bercée par des héros comme Bleck le roc, Zembla, Le petit Trapeur, Rahan le fils des âges farouches, etc. Mais aussi, un héros africain celui-là, Kouakou. Mon premier vrai roman, c’est sur le bureau de mon frère ainé que je l’avais « trouvé », il s’agit de « Les enfants qui s’aiment », de Claire France. Je l’avais quasiment dévoré… Ensuite je ne me suis plus arrêté, je dévalisais pratiquement la bibliothèque de mon frère. Quand on m’obligeait à réviser mes cours, je me débrouillais parfois pour dissimuler un livre de poche à l’intérieur du cahier… Les jours où je n’avais pas de cours, il m’arrivait de m’enfermer dans ma chambre pendant des heures pour lire. C’était comme une drogue pour moi. Ensuite, j’ai commencé à confier mes états d’âme à un cahier que je prenais soin de bien cacher… Ont suivi des nouvelles que je faisais lire à mon professeur de français du collège, une certaine madame Ndiaye. Une dame qui m’a beaucoup encouragé à continuer. Et qui m’a donné des conseils très avisés. Je crois que c’est surtout grâce à elle que j’ai pris confiance. C’est parti comme ça !

« J’y raconte une histoire d’amour sous fond de crise postélectorale qui a pratiquement viré en guerre civile, dans un pays d’Afrique de l’Ouest. » 

“Les voleurs de rêves” est votre dernier roman, expliquez-nous ?
Oui, il s’agit de mon dernier né, qui ne sera disponible en librairie qu’en début du mois d’octobre, inchallah. J’y raconte une histoire d’amour sous fond de crise postélectorale qui a pratiquement viré en guerre civile, dans un pays d’Afrique de l’Ouest. J’essaie d’y dénoncer un certain nombre de tares qui minent la société africaine. Les voleurs de rêves, ce sont les politiciens manipulateurs, ce sont ces voisins qui du jour au lendemain se transforment en monstre et s’attaquent à vous parce que tout simplement vous n’êtes pas du même bord politique, ce sont les faux prophètes, ce sont ceux qui vous offrent leur cœur le matin, et le soir, vous déchirent le votre… Ce sont tous ceux qui volent nos espoirs de bonheur.

« Les voleurs de rêves » d’Oumar Ndao.

Vos personnages diaboliques sont-ils plus méchants que ceux de Tasmani ?
(Rire). Non, ils ne sont pas diaboliques. En général, ils souffrent. Ils ont comme karaba, la méchante sorcière, une épine dans le dos qui leur fait un mal de chien. C’est leur douleur qui les rend méchants, mais la plupart d’entre eux ne le savent pas. Il suffit de leur ôter l’épine en question pour les humaniser.

Malgré une perpétuelle remise en question, de la souffrance ou de la douleur, l’amour n’est jamais bien loin ? Pourquoi ?
Oui. L’amour, toujours l’amour. Parce que seul l’amour peut nous sauver. L’amour rend la vie plus supportable.

Vous dites en quatrième page de couverture : “Ce n’est pas « les bons contre les méchants ». Avec les bons qui gagnent à la fin pour faire « correct ». Parce que non, dans la vraie vie, ce sont le plus souvent les méchants qui l’emporten.”, pouvez-vous nous en dire plus ?
Oui, parce qu’il ne faut pas se voiler la face. Je dis les choses telles qu’elles sont. On aimerait tous vivre dans un monde plus juste, mais ce n’est pas le cas. Ce n’est pas un bouquin lisse, gentil… D’ailleurs j’ai horreur des bouquins sympas. Je crois que le devoir de l’écrivain est aussi de mettre le doigt sur toutes les laideurs. Il ne faut pas farder la vérité pour la rendre plus supportable. Donc, comme dans la vraie vie, dans ce livre, ce sont parfois les méchants qui l’emportent.

L’auteur Oumar en famille.

Vous parlez aussi de la guerre ? Quelle guerre ? Que pensez-vous de la guerre ?
La guerre, celle qu’on fait avec des armes, avec des hommes qui tombent, celle des innocents brulés vifs, des pneus autour du cou. La guerre contre certaines passions dévastatrices aussi… Ce que je pense de la guerre ? Je crois que c’est la manifestation extrême de notre bestialité. Il n’y a que les marchands de morts, je veux parler de l’industrie des armes, qui y gagne.

Vous n’êtes pas à votre premier livre, quels sont les autres thèmes principaux que vous abordez dans vos écrits ?
Dans Corps et âme, mon premier recueil de nouvelles, j’aborde des thèmes comme l’esclavage domestique, le travail des enfants, la pauvreté… J’essaie d’y raccommoder des morceaux de vie déchiquetée. C’EST IDIOT D’AIMER, le second recueil de nouvelles, résume un peu ce que disait Beigbeder : « L’amour est une catastrophe magnifique: savoir que l’on fonce dans un mur et accélérer quand même; courir à sa perte, le sourire aux lèvres; attendre avec curiosité le moment où cela va foirer. » IMAGINE, le premier roman est une histoire d’amour, mais ni d’eau ni de rose.

Les deux autres romans d’Oumar Ndao : « Corps d’âme » et « C’est idiot d’aimer ».

En tant qu’écrivain, quel est le message que vous lancez à la jeunesse africaine ?
Juste une chose : réveillez-vous ! Levez-vous et battez-vous contre tous ces politiciens véreux ! Ne les laissez pas vous voler vos rêves ! L’avenir n’est pas dans la fuite hors du continent, que ce soit par avion ou par pirogue. Vous devez œuvrer à votre dignité ici. N’ayez pas peur !

SHARE