Home SOCIÉTÉ CAMEROUN : Patricia Bakalack : « Nous venons au monde avec un...

CAMEROUN : Patricia Bakalack : « Nous venons au monde avec un handicap: c’est notre vagin. »

0
SHARE
Patricia Balalack

« Chaque fois qu’une femme est harcelée, frappée, violée, humiliée, tuée, quelque part dans le monde, c’est toutes les femmes qui sont touchées, c’est toutes les femmes qui sont en danger. » Ainsi s’exprime Patricia BAKALACK. Elle se présente comme féministe, pour la justice sociale et contre toutes les formes de violences faites aux femmes. Elle vient de publier sur son profil facebook, un coup de gueule qui mérite d’être entendu. Nous la reproduisons ici :

« Elle s’appelait Ali Zainab Nielsen, aka Alizée, chanteuse nigériane assassinée hier 5 avril à Lagos par son époux qui a aussi tué leur fille, Petra, 4 ans. Encore un autre feminicide, encore des femmes victimes de violences conjugales, et il y en a qui chipotent à longueur de journée sur la nécessité du féminisme. Les femmes viennent au monde avec un handicap: le vagin. Dans nos sociétés africaines et autres…, la naissance de bébés de sexe féminin est encore marginalisée. La petite fille est rejetée à la naissance, puis à 10 ans, SI…elle est scolarisée, elle doit arrêter l’école pour aider sa maman aux nombreux travaux champêtres et ménagers, ou à son commerce qui peine à nourrir toute la maisonnée. À 12 ans, après avoir certainement subit des abus sexuels au sein même de la famille, quand elle n’est pas envoyée en mariage pour une chèvre et 2 morceaux de pagne chez un homme qui aurait pu être son pere et parfois même son grand-père, on lui repasse les seins afin de repousser le plus longtemps possible sa féminité qui est bridée. Le repassage des seins qui est souvent la cause des cancers de sein et autres nombreuses infections, gamine j’ai vu du pue sortir des tétons de camarades qui avaient subit cette pratique très douloureuse.

À 15 ans elle est envoyée en mariage, sans diplôme, sans formation, sans argent, elle appartient désormais à un autre homme. S’en suivront donc les violences conjugales, et cette gamine devenue femme ne saura se défendre. Elle aura grandi dans l’insécurité permanente, les violences dans le foyer ne seront donc qu’une suite logique.

« Nous venons au monde avec un handicap: c’est notre vagin. »

Celles qui ont eu plus de chance rencontreront d’autres obstacles et ils sont toujours liée au genre. Ils commencent par les viols et abus sexuels dans la famille, le harcèlement sexuel au lycée avec les professeurs comme bourreaux. Combien d’adolescentes ont été en échec scolaire à cause du harcèlement sexuel de professeurs, ces éducateurs qui se transforment en briseurs de rêves ? Celles qui surmontent ce cap le retrouveront sous une autre forme plus évoluée dans leur vie d’adulte: la promotion canapé et le harcèlent sexuel au travail!

À compétences égales avec leurs collègues masculins, elles seront toujours moins payées que ces derniers et rencontreront plus de difficultés à accéder à des postes à responsabilité.

Mes consœurs en maux, mes sœurs en humanité, il arrive qu’au moins une fois dans sa vie, toute femme est confrontée à l’un ou plusieurs des maux cités plus haut. Notre statut social ne nous met pas toujours à l’abri, la preuve avec les viols et violences conjugales qui touchent toutes les sociétés. Quelque soient notre couleur de peau et notre origine, blanche, noire asiatique, arabe, nous sommes toutes concernées par les problématiques liées au genre.

Chaque fois qu’une femme est harcelée, frappée, violée, humiliée, tuée, quelque part dans le monde, c’est toutes les femmes qui sont touchées, c’est toutes les femmes qui sont en danger.

Nous venons au monde avec un handicap: c’est notre vagin.

C’est pourquoi il est impératif d’élever nos petites filles dans un environnement où elles sont aimées, rassurées, éduquées, afin de produire des femmes fortes et confiantes à la société. »

SHARE