Home BREAKING NEWS SENEGAL : 33% des filles mariées avant 15 ans et 13 %...

SENEGAL : 33% des filles mariées avant 15 ans et 13 % avant 13 ans.

0
SHARE
©Fatou Warkha Sambe

La 29ème édition de la semaine nationale de l’enfant s’est clôturée jeudi 22 juin 2017 à Dakar. Pour cette occasion “World vision” a organisé un panel sous le thème : «Ensemble pour un Sénégal sans mariage d’enfants» au Radisson. Chaque année près de 33% des enfants sont mariés avant l’âge de 18 ans. Après plusieurs années de sensibilisation, l’organisation est consciente aujourd’hui que la lutte ne peut se faire sans l’implication des religieux. Ainsi elle encourage les communautés confessionnelles à prendre des mesures fortes pour mieux comprendre les conséquences de mariage précoce et mettre fin à cette violence contre les enfants.

“World Vision Sénégal” a fait le lancement de sa nouvelle campagne « Ensemble pour un Sénégal sans mariage d’enfants » auprès de 1000 enfants issus de ses différentes zones d’intervention. Pour la représentante régionale, Esther Lehman Sow venue présider le panel, le combat doit être mené par tous. «World Vision croit fermement que les communautés confessionnelles, ont un rôle essentiel à jouer. Les leaders religieux ont une influence capital dans ces luttes pour un changement de comportement positive. De par notre expérience dans l’humanitaire auprès des communautés, nous savons ô combien sont influents les leaders religieux », explique-t-elle.

©Fatou Warkha Sambe

Le Sénégal a ratifié toutes les lois de la protection des enfants. Le pays a approuvé les 17 objectifs de développement durable (ODD) qui incitent tous les pays signataires à agir pour éradiquer la pauvreté, protéger la Planète et faire en sorte que tous les êtres humains vivent dans la paix et la prospérité à l’horizon 2030. Ces objectifs mondiaux représentent un défi majeur pour mettre fin aux mariages des enfants sur tout le territoire. Ces points essentiels ont poussé Niokhobaye Diouf, le Directeur de la protection et de la survie de l’Enfance a rappelé que le Sénégal a également signé la charte Africaine des droits de l’enfant, il est alors dans l’obligation d’harmoniser sa législation interne par rapport à ses lois supranationales. Il a ensuite déploré les mariages précoces car selon lui, c’est une entrave à la scolarité des petites filles. Il estime ainsi qu’il faut mobiliser toutes les forces vives pour relever ce défis de la pauvreté, de la violence, de l’exclusion, de l’ignorance et réussir celui de la protection des enfants.

Cependant, force est de noter que la lutte contre les mariages des enfants se présente comme un défi majeur. Pour éradiquer cette situation, il faut briser les tabous car comme le souligne Esther Lehman : «Le problème ne date pas d’aujourd’hui et ne se règle pas en un seul jour.» avant de conclure que : «Chaque enfant est créé à l’image de Dieu. Cela veut dire que chaque enfant a ses droits et mérite d’avoir des rêves et des ambitions.».

SHARE