Home BREAKING NEWS SENEGAL : Bac 2017 : Les autorités espèrent de très bons résultats.

SENEGAL : Bac 2017 : Les autorités espèrent de très bons résultats.

0
SHARE
©Fatou Warkha Sambe

Les épreuves du baccalauréat ont débuté mardi 04 juillet 2017. On décompte 140.000 candidats répartis dans 400 centres d’examens sur le plan national dont 31 regroupant 57 jurys dans le seul département de Pikine et de Guédiawaye. Dans l’ensemble de ces centres, tout se déroule bien, aucun dysfonctionnement n’a été noté. Tous les surveillants et les correcteurs sont en poste. Pour ce premier passage, les épreuves sont jugées abordables par les candidats. Les autorités quant à eux, espèrent de très bons résultats.

Il est 12h dans le centre de Guédiawaye, un département de Dakar, la capitale du Sénégal. Les premiers candidats commencent déjà à sortir. Oulymata Dieye est une candidate de la série L, vêtue d’une robe jaune et d’un foulard blanc, elle juge les épreuves “abordable”. “Nous avons bien appris. Ce n’était pas difficile. Nous n’avons pas été victimes de grève cette année. Ce qui a fait que nous avons eu le temps de terminer tout le programme. J’espère que la correction ne sera pas sévère. ”. Badara Gueye semble aussi danser sur le même pied, lui qui pensait que cela allait être plus difficile explique : “C’est la première fois que je fais cet examen, je croyais que cela allait être plus difficile. J’ai bien appris mes leçons et je pense que si les épreuves suivantes, continuent ainsi, les résultats me seront favorables.”. Cependant, si ceux de la série L semblent confiants, les candidats des séries scientifiques semblent plus inquiets, ils soulignent la difficulté des épreuves de ce matin.

Du point de vue de l’organisation, toutes les dispositions ont été prises pour le bon déroulement de l’examen selon Seydou Wade, l’inspecteur de l’académie de Pikine Guédiawaye. Ce dernier qui est venu faire sa tournée traditionnelle, pense que le “bilan globalement est positive”. “Nous venons de terminer la traditionnelle visite avec le préfet de guédiawaye, le maire de Ndiarème-Limamoulaye. Partout où nous sommes passés, nous nous sommes rendus compte que tout se déroule normalement. Toutes les instructions qui ont été données par le préfet lors des réunions préparatoires pour les examens ont été respectées.”. Concernant la surveillance et la correction des épreuves l’inspecteur académique affirme : “Partout, les surveillants sont venus en grand nombre et à l’heure. Les correcteurs sont déjà sur place, les examens se déroulent normalement. Si véritablement, cette tendance se poursuit, nous n’aurons pas de problème au niveau de l’académie de Pikine-Guédiawaye qui regroupe 31 centres répartis dans 57 jurys. C’est une grosse machine mais l’atmosphère trouver dans l’ensemble des centres du département de Pikine et de Guédiawaye, donne l’espoir de s’attendre à de bon résultat, et nous espérons avoir de très bon résultats.”.

“Nous osons espérer avec cette année scolaire apaisée que nous aurons des résultats à la hauteur de nos attentes et à celle de l’Etat du sénégal et des parents.”.

Même s’il y avait des risques de boycott au sein des enseignants qui n’avaient pas perçu leur avance financière, l’inspecteur rassure : “C’est une situation assez regrettable. Ce n’est n’est que le vendredi que les virements ont été faits. Et avec le weekend cela a créé un certain nombre de problèmes, mais grâce à la diligence des uns et des autres, tout est rentré dans l’ordre. Hier déjà à 15h le paiement avait débuté. Nos agents sont restés à l’académie jusqu’à une heure tardive pour permettre à tous les enseignants de percevoir leur avance. Et aujourd’hui partout où nous sommes allés, les correcteurs sont sur place. Les concertations ont déjà démarré. Des instructions ont été données aux chefs de centre de prévoir des salles supplémentaires et de mettre les correcteurs à l’aise. C’est aussi une occasion pour nous de remercier le préfet pour son implication personnelle parce que vous savez que quand la correction se fait sur place, il faut qu’il ait nécessairement un dispositif sécuritaire assez important pour pouvoir permettre aux professeurs de travailler en toute quiétude. A vrai dire, son implication a été déterminant et je pense aujourd’hui que l’ensemble des craintes ont été levées et la correction se fera dans de meilleurs conditions.”.

©Fatou Warkha Sambe

Cherif Blondin Ndiaye préfet du département de Guédiawaye, de son côté, souligne la collaboration de toutes les structures concernées qui ont travaillé de concert : C’est la collaboration de tout un chacun au niveau des établissements qui doivent accueillir ces examens dans un environnement saint qui puisse permettre un bon déroulement des examens. Nous avons au cours de la réunion préparatoire où nous avons tenu à inviter l’ensemble des acteurs à contribuer chacun à ce qui lui concerne, sur la sécurité de surcroît, pour les Maires, accompagner toutes les dynamiques au niveau des établissements, L’IEA pour mettre les enseignants en relation avec l’Office du Bac de pouvoir disposer des avances à temps, à l’lIEF également de mettre à contribution les enseignants de l’élémentaire pour qu’au niveau du centre qu’on ait un nombre suffisant de surveillants qui puissent garantir la fiabilité de ces examens. Le préfet a ainsi conclu sur une note d’espoir : “Nous osons espérer avec cette année scolaire apaisée que nous aurons des résultats à la hauteur de nos attentes et à celle de l’Etat du sénégal et des parents.”.

Pour cette édition 2017, les espoirs sont grands à la fois au niveau des futurs bacheliers mais également auprès des autorités. A rappeler que l’année dernière, en 2016, l’examen du baccalauréat avait réuni 153.462 candidats sur tout le territoire national. 36% de taux de réussite a été inscrit au score final soit une augmentation de 4,3 % par rapport à 2015.

 

 

 

SHARE