Home SOCIÉTÉ SENEGAL : #Touchepasàmoncorps un hashtag pour lutter contre les Mutilations Génitales Féminines.

SENEGAL : #Touchepasàmoncorps un hashtag pour lutter contre les Mutilations Génitales Féminines.

0
SHARE

En 2016, elles étaient 200 millions de femmes et de filles dans le monde à avoir subi une forme de mutilation génitale, selon les Nations unies. Un phénomène qui perdure malgré les sensibilisations sur ses effets néfastes. Depuis le 29 janvier 2018, un nouveau hashtag est apparu sur les réseaux sociaux sénégalais : #Touchepasàmoncorps. Objectif : lutter contre ce fléau.

Clitoridectomie (ablation partielle ou totale du clitoris), excision (ablation partielle ou totale du clitoris et des petites lèvres), infibulation (rétrécissement de l’orifice vaginal par ablation et accolement des petites lèvres et/ou des grandes lèvres, avec ou sans ablation du clitoris), toutes ces violences sexuelles sont subies par bon nombre de femmes et considérées comme une norme sociale à laquelle les familles se plient pour éviter d’être rejetées par leur communauté.

Au Sénégal 25% des femmes sont excisées. L’association Les Sénégalaises a lancé le 29 janvier 2018 un mouvement baptisé «Touche pas à mon corps».

Au Sénégal 25% des femmes sont excisées. L’association Les Sénégalaises a lancé le 29 janvier 2018 un mouvement baptisé «Touche pas à mon corps». Objectif ; soutenir les femmes victimes de violences sexuelles. « A partir du lundi 29 janvier, nous demanderons à toutes les femmes de poster une photo sur les réseaux sociaux accompagné du #touchepasamoncorps de la façon suivante (X dessiné sur la paume) », peut-on lire dans un communiqué de ladite association. Et on peut dire que les femmes sénégalaises ont adhéré à ce mouvement qui veut faire passer un message « de soutien universel aux filles et femmes victimes de ces pratiques, mieux informer la population sur les conséquences de la pratique de l’excision et, sur le long terme, éliminer la pratique de l’excision. »

Il faut noter que l’excision est un phénomène mondial et trois millions de jeunes filles sont victimes de mutilations génitales chaque année.  L’élimination des mutilations génitales féminines a fait l’objet de nombreux appels de la part d’organisations intergouvernementales, notamment l’Union Africaine, l’Union Européenne et l’Organisation de la Coopération Islamique. Elle a également fait l’objet de trois résolutions de l’Assemblée générale des Nations Unies.

SHARE