Home MANIFESTATIONS SÉNÉGAL – Dame Mbodji et Karim Xrum Xax libérés

SÉNÉGAL – Dame Mbodji et Karim Xrum Xax libérés

0

C’est l’avocat Khoureychi Bâ qui en fait l’annonce. Dame Mbodj, Abdou Karim Gueye alias Karim Xrum Xax ainsi que toutes les personnes appréhendées par la police nationale le samedi 27 février 2021 ont été libérés. Ils étaient poursuivis pour participation à une manifestation interdite et violation de l’arrêté n° 00-2555 en date du 19 Février 2021. Après leur garde à vue au commissariat central de Dakar, la police a procédé à leur libération vers l’après-midi, ce lundi 1er mars 2021 au terme d’une dernière audition.

Les membres du mouvement « Le peuple« , arrêtés dans le cadre de leur manifestation interdite le samedi 27 février, ont été libérés. Les plus connus sont Dame Mbodji, secrétaire général du Cusems Authentique, et le rappeur et activiste Abdou Karim, plus connu sous le nom de Karim Xrum Xax. « Les libérations se poursuivent. Le Commissariat Central se vide progressivement de ses hôtes, qui quittent les lieux par petits groupes. Karim GUÈYE XRUM XAX et Dame MBODJ libres !”, renseigne leur avocat, Me Khoureychi Bâ.

Cette remise en liberté intervient après une forte pression exercée par les enseignants, en grève ce lundi 1er mars, pour exiger la libération des citoyens détenus dans le cadre de l’exercice de leur droit constitutionnel. 

À voir aussi  RWANDA - Livraison de 100 000 doses du vaccin Pfizer-BioNTech

La Société civile et les organisations de défense des droits de l’homme au Sénégal étaient aussi opposées à ces detentions arbitraires. Cependant, les autres détenus tels que Clédor Sène et les activistes Guy Marius Sagna et Assane Diouf sont placés sous mandat de dépôt et devraient faire face au juge. Ces derniers sont accusés de fomenter un mouvement de violence à la suite de la divulgation d’un message audio dans lequel Clédor Sène appelle au soulèvement. Assane Diouf et Guy Marius Sagna étaient nommément cités dans ce message envoyé dans un groupe mais qui a hélas fuité. Ils sont donc poursuivis pour « association de malfaiteurs, participation à un mouvement insurrectionnel et actes de nature à troubler l’ordre public. » 

Pour rappel, ces manifestations étaient organisées pour dénoncer selon eux,  “la dictature du président Macky Sall” et “le complot orchestré contre l’opposant et leader de Pastef les Patriotes, Ousmane Sonko”. Ce dernier est accusé de viols répétitifs et de menace de mort par une jeune masseuse du nom de Adji Sarr.

       

Laisser un commentaire