Connect with us

FAMINE

CRISE ALIMENTAIRE AU SAHEL – Le Sénégal parmi les 8 pays des 16 sélectionnés

Publie

le

Le rapport régional 2023 du Comité Permanent Inter-Etats de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS) sur les crises alimentaires dans la région du Sahel et l’Afrique de l’Ouest est rendu public. C’est un produit dérivé du Rapport mondial sur les crises alimentaires.

Le Sénégal fait partie des 8 pays parmi les 16 sélectionnés dans le Sahel et en Afrique de l’Ouest à avoir dépassé le seuil d’un million d’habitants en crise à pire.

»(…)sur les 16 pays sélectionnés pour l’analyse
des crises alimentaires en 2023, huit sont considérés comme de crises alimentaires majeures due au fait qu’ils ont répondu au critère du GRFC de dépasser le seuil d’un million de personnes en crise à pire (Phases CH 3 à 5) dans une ou toutes les deux périodes d’analyse de 2023 », indique le rapport.

Qui ajoute: « Ces huit pays sont le Burkina Faso, le Ghana, le Mali, le Niger, le Nigéria (26 États et TCF), le Sénégal, le Sierra Leone et le Tchad. De même, le Burkina Faso, le Mali et le Nigéria ont répondu aussi au critère d’avoir des zones d’analyse classifiées en urgence (Phase CH 4) dans les périodes de 2023. Aucun pays de la région a répondu au critère de dépasser le seuil de 20 pour cent de la population analysée se trouvant en crise à pire (Phases CH 3 à 5) ».

La Côte d’Ivoire seul pays à avoir vécu sans aide alimentaire
Selon le rapport « En 2023, seul un pays de l’espace du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest – la Côte d’Ivoire – n’avait pas demandé d’aide alimentaire extérieure au moment de la publication de ce rapport et par conséquent n’a pas été considéré comme pays en crise alimentaire en 2023 d’après les critères du GRFC ».

Cependant, des données CH sont disponibles pour la Côte d’Ivoire et indiquent qu’environ 870 000 personnes, soit 4 pour cent de la population analysée, étaient confrontées à des niveaux élevés d’insécurité alimentaire et nutritionnelle aiguë pendant la période allant de mars à mai 2023 alors que 1,02 million soit 5 pour cent de la population analysée étaient projetées de se trouver en phase crise à pire (Phases CH 3 à 5) dans la période de soudure allant de juin à août 2023.

Continuer la lecture
Cliquez ici pour commenter

Laisser un commentaire

CHAUD TOO CHAUD

MADAGASCAR : Crise humanitaire au sud du pays

Publie

le

Selon le Programme Alimentaire Mondial (PAM) dans une conférence de presse tenue à Genève en Suisse, au moins 1,35 million de personnes sont victimes de famine. Dans la partie sud de Madagascar, les cas de famine et de malnutrition prennent une tournure inquiétante. La raison de ce calvaire incessant s’explique par les trois années consécutives de sécheresse, et la forte récession engendrée par la pandémie actuelle. De nombreux enfants sont contraints de mendier chaque jour pour la survie de leurs familles, l’alerte est donc lancée pour éviter le pire.

D’après les données rendues publiques par la directrice régionale du PAM, Lola Castro en charge de l’Afrique du Sud et des Etats de l’océan Indien, « on a assisté au doublement du nombre de personnes en situation d’insécurité alimentaire entre juillet et novembre 2020. Ainsi, on est passé de 700 000 à 1 350 000 personnes, basées dans le Grand Sud de Madagascar […] Durant la saison de pluies qui s’étend de novembre à décembre, la pluie a fait son apparition durant une seule journée. »

Cette absence de pluies combinée à la destruction des récoltes par les tempêtes de sable est à l’origine d’une crise alimentaire profonde. Lola Castro précise amèrement que « les gens se nourrissent avec ce qu’ils trouvent : des cactus, des racines, des feuilles, des graines. Peu importe. » Une situation cruelle d’autant plus que 75% des enfants ont été obligés d’abandonner les études pour mendier afin de pouvoir se nourrir. 

Les trois régions les plus touchées du pays, Androy, Anôsy et Atsimo Andrefana ont une prévalence de la malnutrition aiguë globale chez les enfants de moins de 5 ans, qui s’élève à 10,7%, le deuxième taux le plus élevé dans la région de l’Afrique de l’Est et de l’Afrique australe. D’ailleurs, les prévisions du PAM laissent planer une certaine inquiétude car le nombre d’enfants susceptibles de souffrir de malnutrition aiguë va passer à  135 000 parmi lesquels 27 000 cas seront considérés comme graves. 

Les institutions internationales essaient d’apporter leur soutien aux personnes les plus vulnérables. Le PAM assiste plus de 500.000 personnes en situation d’insécurité alimentaire dans les neuf districts les plus touchés de Madagascar, l’ONU compte venir en aide à plus de 900.000 personnes avec un budget global estimé à 35 millions de dollars en plus du programme de scolarisation de 150.000 enfants.

Continuer la lecture

DERNIERS ARTICLES

FACEBOOK

PUB

NEWS +