Home RÉSEAUX SOCIAUX RESEAUX SOCIAUX : Les réseaux sociaux nocifs à la santé mentale des...

RESEAUX SOCIAUX : Les réseaux sociaux nocifs à la santé mentale des adolescents

0

Une nouvelle étude publiée par L‘Education Policy Institute et la Prince’s Trust fait état des effets néfastes des réseaux sociaux sur le bien-être et la santé mentale des adolescents. L’utilisation abusive des réseaux sociaux peut conduire à la dépression, créer des complexes et dans certains cas pousser au suicide. Le confinement dû à la pandémie du coronavirus a fortement exacerbé le fléau.

L‘Education Policy Institute, un groupe de réflexion sur les politiques éducatives, et la Prince’s Trust, une association fondée en 1976 par le Prince Charles pour aider les plus jeunes, ont publié une nouvelle étude sur le caractère dangereux des réseaux sociaux sur le bien-être et la santé mentale des adolescents.

La pandémie a un impact notable sur la pratique sportive devenue problématique qui joue pourtant un important rôle sur le moral et le bien être. “La participation aux activités et aux sports a considérablement diminué en raison de la fermeture des écoles et aux confinements, cela a des répercussions négatives sur la santé mentale et le bien-être”, peut-on lire dans le document.

L‘Education Policy Institute et la Prince’s Trust fait recommandent au gouvernement britannique de dégager une enveloppe de 650 millions de livres sterling en faveur des écoles. Cette aide leur permettrait de dispenser des formations, d’acquérir des matériels et de créer des infrastructures afin de préserver la santé mentale des élèves. « Les jeunes sont parmi les plus durement touchés par la pandémie, et il est donc plus important que jamais qu’ils puissent avoir accès à un soutien concernant leur santé mentale pendant cette période critique de leur vie », a déclaré le directeur général de la Prince’s Trust Jonathan Townsend.

À voir aussi  MADAGASCAR : Mis en place d’un numéro vert pour les personnes traumatisées par le coronavirus

Un constat déjà fait par le psychologue social américain, Jonathan Haidt, qui va plus loin. Il déclare qu’en août 2020, depuis le confinement, une hausse des suicides a été constatée chez les jeunes filles japonaises. Une des écoutantes de l’association tokyoïte de prévention du suicide a un avis très arrêté sur cette hausse de suicide chez les jeunes adolescentes : « Les adolescentes sont encore plus dépendantes des réseaux sociaux, qui sont un exutoire, un espace de confidences, mais où les réponses des autres peuvent être décevantes, violentes, diffamantes ».

Pour autant, des pistes de solutions sont dégagées par des experts. Doctorante en sciences psychologiques et psychiatriques, Ilaria Montagni recommande de limiter l’utilisation abusive des réseaux sociaux qui peut devenir très vite une addiction. Pour les adolescents qui ont développé des troubles obsessionnels, plusieurs techniques peuvent être mises en place : thérapie individuelle/collective/cognitive, sophrologie, etc.

Marie-Anne Sergerie, auteure du livre Cyberdépendance : Quand l’usage des technologies devient problématique, estime que la responsabilisation des jeunes est nécessaire. « L’idée n’est pas de démoniser les technologies, mais de s’intéresser à ce que nos enfants font pour les aider à développer des comportements responsables ne serait-ce que comment échanger avec les autres en ligne, faire attention à ce qu’on publie… », déclare-elle.

       

Laisser un commentaire