Home ART SENEGAL : Aïda Badji, la Yaay Fall, passionnée de photographie est...

SENEGAL : Aïda Badji, la Yaay Fall, passionnée de photographie est nominée au festival international de la mode.

0
SHARE
Aïda Badji-Soumaré, accountant and professional photographer.

Aïda Badji-Soumaré est née en avril 1989 à Dakar. Elle est issue d’une famille multiethnique composée de Joolas, de Socés, de Sérères et de Lébbus. Elle est de nature ambitieuse, et sociable, elle se considère comme une Yaay Fall : une femme dévouée à sa religion avec une forte conviction détachée du monde matériel. A bas âge, elle aimait tout ce qui touchait à l’art, ainsi après le bac, elle a fait une formation en Banque option Finance tout en faisant en parallèle des cours de photographie à “Sup ‘info International of Dakar”. Elle est actuellement comptable dans une agence de voyage.

Ze-Africanews.com : Comment êtes vous arrivée à la photographie ?
Aïda Badji-Soumaré : Après une formation en photo, je commençais à exercer dans une association islamique ou je dirigeais le secteur multimédia avant d’intégrer un club de passionnés de photographes regroupant plus de 50 membres où nous organisons des randonnées photographiques tous les premiers samedis du mois afin de les exposer à la fin de l’année à la galerie nationale de Dakar. J’ai aussi participé à des séminaires et ateliers de formation au niveau national et international.

Qu’est-ce qui vous inspire quand vous êtes derrière l’objectif ?
Ce qui m’inspire quand je suis derrière l’objectif c’est avant tout de véhiculer une émotion, un message et de réussir ma mission en rendant un service satisfaisant et ainsi prouver que je suis à la hauteur des attentes du métier.

Aïda Badji-Soumaré, comptable et photographe professionnelle.

Vous venez d’être nominée au concours du festival international de la mode dans la catégorie Fashion Award Sénégal, que représente pour vous cette nomination ?
Cette nomination est le fruit de plusieurs années de travail et de sacrifice. Je la considère avant tout comme une récompense ou sinon un geste de reconnaissance de l’exercice de ma passion.

C’est la première fois que le Sénégal est nominé dans cette catégorie grâce à votre travail ? Pouvez-vous dire que vous êtes désormais une ambassadrice pour le pays dans cette grande rencontre ?
Un dicton nous enseigne que : “Sans soin, sans ordre, sans méthode pas de progrès, pas de réussite, l’essentiel c’est de croire et d’aimer ce que l’on fait.” Ambassadrice pour mon pays d’origine, c’est trop dire mais, je ferai en sorte d’être à la hauteur. Cependant, en toute modestie, je reste sereine et souhaite aux autres concurrents de se surpasser eux aussi.

Aïda Badji-Soumaré, comptable et photographe professionnelle.

Qu’aimez-vous dans votre métier ?
J’aime partager mes idées, et de me faire des amis.

Faites-vous une différence entre votre travail et votre passion, et pourquoi ?
Le choix du métier me paraissait pénible à mes débuts, mais à mes heures perdues, j’essayais de me familiariser avec mon appareil. La photographie reste avant tout une passion. Cela ne m’empêche pas de me consacrer entièrement à mon travail.

Aïda Badji-Soumaré, comptable et photographe professionnelle.

Comment vous préparez-vous à ce concours du festival international de la mode ?
Je prépare ce concours avec beaucoup d’enthousiasme et un esprit fair play. L’essentiel est de participer mais encore une fois, je ferai tout mon possible pour être prête et à la hauteur des attentes.

Avez-vous un message à lancer ?
Je souhaiterai à travers l’opportunité qui m’est offerte, encourager les jeunes et surtout les femmes à ne pas accepter les barrières que nous impose la société. Osons avoir des passions mais surtout osons les vivre pleinement.

Quelques photos de Aïda Badji-Soumaré.

Petite fille en tenue traditionnelle.
Femme qui défile.
Jeunes garçons.
Podium d’un défilé.
SHARE