Home AMÉRIQUE ÉTATS-UNIS : Le procès en destitution de Trump jugé légal par le...

ÉTATS-UNIS : Le procès en destitution de Trump jugé légal par le Sénat

0

Le second procès en destitution de l’ex-Président Donald Trump s’est ouvert mardi 09 février. Il est accusé d’incitation à l’insurrection suite aux incidents du Capitole. Les débats, pour ce premier jour, ont porté sur la constitutionnalité de la procédure alors que Trump a quitté la présidence des Etats-Unis.

Le coup d’envoi du second procès historique en destitution de Donald Trump a été donné, mardi 9 février au Sénat américain. Cette première journée a été consacrée à la légalité de la procédure que les avocats de l’ancien président contestaient. Le procès a été jugé bel et bien conforme à la Constitution à l’issue d’un vote en fin d’après-midi.

« Juger qu’elle est illégale entraînerait une exception de janvier pour tous les présidents futurs, ils pourraient faire ce qu’ils veulent sans en subir les conséquences », a déclaré le procureur Jamie Raskin qui a diffusé un montage vidéo de près de dix minutes retraçant les événements du 6 janvier 2021 et l’invasion du Capitole par des partisans de Donald Trump.  Le démocrate Joe Neguse d’enfoncer le clou : « Ce que nous avons expérimenté ce jour-là est le pire cauchemar des pères fondateurs devenu réalité ». « Les présidents ne peuvent pas enflammer une insurrection au cours des dernières semaines de mandat et ensuite s’en aller comme si rien ne s’était passé. Pourtant, c’est la règle que le président Trump souhaite que vous adoptiez », a-t-il ajouté.

Mais, les avocats de l’ex-Président ne sont pas de cet avis. Ils estiment que Donald Trump n’a fait qu’user de sa liberté d’expression en contestant le résultat de l’élection. Ils considèrent, en outre, que Donald Trump ne peut pas faire l’objet d’un tel procès, vu qu’il n’est plus Président et ne siège plus à la Maison Blanche. La procédure n’a pas lieu d’être et est contraire, selon eux, à la Constitution. « C’est une procédure irresponsable, guidée par la haine », a estimé l’avocat David Schoen qui ajoute : « Ils veulent sacrifier le caractère de notre nation pour faire progresser leur haine, et par peur qu’un jour ils pourraient perdre le pouvoir… »

À voir aussi  FRANCE : Forum de Paris sur la paix du 11 au 13 novembre.

Ce procès s’annonce plus bref que le premier intenté contre Donald Trump. Toutefois, des mesures de sécurité exceptionnelles ont été prises en vue de ce procès. La police fédérale reste sur ses gardes, décrétant un état d’alerte. Même si aucune menace n’est pour le moment repérée, elle craint toujours de nouvelles attaques de la part des partisans de Donald Trump. Aussi, la Garde nationale est-elle toujours sur déployée dans le centre-ville de Washington. Les élus sont placés sous escorte policière lorsqu’ils voyagent dans leurs circonscriptions.

Pour rappel, il s’agit de la quatrième procédure de destitution (“impeachment”) dans l’histoire des Etats-Unis. Le procès s’ouvrant mardi relève de l’inédit: jamais un président n’avait été mis deux fois en accusation par la Chambre des représentants. Donald Trump est aussi le seul à être jugé au Sénat après avoir quitté la Maison blanche.

       

Laisser un commentaire