Home EDUCATION GHANA : Vers une reconsidération des chefs traditionnels.

GHANA : Vers une reconsidération des chefs traditionnels.

0

L’intégration officielle des chefs traditionnels dans la vie politique actuelle est à envisager dans beaucoup de pays africains, particulièrement au Ghana où ces chefs jouent un rôle essentiel dans la paix et la stabilité de leurs communautés respectives.

Rappelons que pendant la période coloniale, le rôle des chefs traditionnels se réduisaient en “des collaborateurs” de la métropole à qui ils semblaient redevables. Dans certains pays d’Afrique francophone ou lusophone, ces chefs ne jouissaient pas de toute la considération qu’ils auraient méritée et ils étaient subordonnés au gouvernement central. Par exemple, au Ghana sous Kwamé Nkrumah, ils étaient de simples appendices du pouvoir en place.

A partir de 1966, qui coïncide avec la fin de l’ère Kwame Nkrumah, ces chefs commencent à occuper certaines fonctions. Parmi ces fonctions, il y a celles non statutaires qui sont par exemple le règlement des conflits de la vie civile, les procédures de réconciliation, les prières pour la bénédiction et la prospérité. En ce qui concerne les fonctions statutaires, elles sont définies dans la Constitution et les lois du pays.

Dans tous les cas, plus de 77,4% des ghanéens sont favorables à une participation effective des chefs traditionnels dans la gestion des affaires publiques du pays. En outre, 48,1% considèrent que leur rôle est essentiel dans l’unité et l’harmonie de leur communauté.

“Si les chefs traditionnels venaient s’adjoindre aux membres du parlement, les projets de développement pourraient être gérés de manière plus rapide et plus efficace”, avait affirmé le Pr. Emmanuel Nash lors de la présentation des Ghana Peace Awards au mois de juillet 2017.

Le 24 juin 2019 à l’occasion de la journée africain à l’UNESCO, la troupe Nananom a fait une démonstration pour raconter l’histoire de ces chefs et reines ghanéens.

Regardez la vidéo ici :