Home ENVIRONNEMENT AFRIQUE – Comment sortir l’Afrique de l’injustice climatique ?

AFRIQUE – Comment sortir l’Afrique de l’injustice climatique ?

0

(EARTH LOVE UNITED ) – Le Sommet de l’ONU pour le climat, qui s’est ouvert le 31 octobre à Glasgow, en Ecosse, est considéré pour beaucoup comme celui de la dernière chance. Si l’enjeu principal consiste à convaincre 200 pays de faire plus pour réduire leurs émissions de CO2, l’Afrique en attend aussi un déblocage et une augmentation des financements climat.

En matière climatique, l’Afrique vit une véritable injustice : à l’origine de 4 % des émissions mondiales de CO2, c’est le continent qui a le moins contribué au changement climatique, mais qui en subit les pires effets. Cyclones, inondations, sécheresses… le risque climatique prend différentes formes et ses répercussions sont multiples. Selon l’indice mondial des risques climatiques 2021 établi par l’ONG Germanwatch, sur les dix pays au monde les plus affectés en 2019 par ces phénomènes, cinq sont africains. Selon la Banque africaine de développement, l’impact du changement climatique sur le continent pourrait atteindre 50 milliards de dollars par an d’ici à 2040.

Cette vulnérabilité disproportionnée, l’ONU l’a bien mise en évidence dans un rapport sur l’état du climat en Afrique publié le 19 octobre dernier. Ce document souligne que le changement climatique a contribué à aggraver l’insécurité alimentaire, la pauvreté et les déplacements de population sur le continent l’an dernier. « D’ici 2030, on estime que jusqu’à 118 millions de personnes extrêmement pauvres seront exposées à la sécheresse, aux inondations et aux chaleurs extrêmes en Afrique si des mesures adéquates ne sont pas prises. En Afrique subsaharienne, le changement climatique pourrait entraîner jusqu’à 3 % de baisse supplémentaire du produit intérieur brut d’ici à 2050 », écrit la Commissaire à l’économie rurale et à l’agriculture de la Commission de l’Union africaine (UA), Josefa Leonel Correia Sacko, dans l’avant-propos du rapport.

Financements à débloquer 

Face à ce constat, les Etats africains comptent bien exhorter les pays développés à tenir leurs promesses financières afin de limiter le réchauffement climatique. « Cela fait plus de dix ans que nous attendons les 100 milliards de dollars par an promis pour aider les pays en développement à faire face à l’urgence climatique », a déclaré à l’AFP Tanguy Gahuma- Békalé, faisant référence à l’engagement pris lors de la conférence climat de Copenhagen, en 2009.

De fait, alors que les concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère ont franchi en 2020 un nouveau record, l’attention se concentrera sur les engagements des grands pays émetteurs. « Les engagements actuels conduisent vers un réchauffement de 2,7 °C au niveau mondial, mais c’est de 4 °C à 5 °C en Afrique. Ce n’est pas acceptable, il faut que les grands pays émetteurs revoient leur copie », s’indigne Tosi Mpanu-Mpanu, l’ambassadeur de République démocratique du Congo, chargé des négociations climatiques. Une aide d’autant plus urgente que l’Afrique ne doit pas sacrifier sa reprise économique sur l’autel du changement climatique. Au vu de l’ampleur des besoins, la réponse doit aller plus loin, être de plus grande envergure, avec des objectifs plus précis et qualitatifs, comme le souligne le Gabonais Tanguy Gahouma-Bekale, président du groupe des négociateurs africains à la COP26.

À voir aussi  RD CONGO : "Ice Karité", la glace artisanale et bio au beurre de karité !

Pays en pointe et initiatives exemplaires 

Sur le continent, face aux priorités de développement et de lutte contre la pauvreté, la question de l’environnement est trop souvent reléguée au second plan. Pourtant, certains pays montrent la voie, à l’image du Gabon, l’un des rares à avoir adopter très tôt des politiques en faveur de la préservation de l’environnement. En plus de pouvoir se targuer d’afficher un bilan carbone positif, le pays héberge la première zone industrielle au monde – la zone économique spéciale du Gabon (GSEZ), gérée par ARISE IIP – à être certifiée neutre en carbone. De leur côté, l’Afrique du Sud et le Maroc font figure de leaders continentaux en matière de prise en compte des questions environnementales, auxquels ils accordent un budget conséquent.

En matière de changement climatique, certaines initiatives africaines à grande échelle sortent du lot, à l’image de la Grande muraille verte de l’Union africaine ou de l’initiative « Desert to Power » de la Banque africaine de développement, qui vise à bâtir la plus grande zone de production d’énergie solaire de la planète au Sahel. Dans la même dynamique, mais à une autre échelle, nombre de start-up et d’ONG œuvrent localement pour limiter les effets du changement climatique. Face à l’immensité des défis, les actions se multiplient pour la protection des forêts naturelles, la restauration des zones humides et la promotion des pratiques agricoles durables.

Si de nombreuses ONG sont positionnées sur la question environnementale, la question de la sensibilisation en constitue une composante majeure. C’est ainsi que la Fondation Earth Love United, fondée en 2020, multiplie les actions pour sensibiliser aux problèmes liés au climat. Une action qui va de pair avec le développement d’une technologie de capture et de stockage du carbone reposant sur un bioréacteur et la culture de plantes diverses, dont le premier site test se trouve au Bénin. « Cette technologie sera appelée à jouer un rôle de plus en plus important dans les scénarios de décarbonation dans lesquels sont engagés les principaux pollueurs », souligne Jean Missinhoun, Président de la Fondation Earth Love United.

Source : Agence Ecofin

       

Laisser un commentaire