Home SANTÉ SÉNÉGAL : Le pays doit une fière chandelle à l’OMS dans sa...

SÉNÉGAL : Le pays doit une fière chandelle à l’OMS dans sa lutte contre la COVID-19

0

(Dakar, le 09 novembre 2020) – Déclaration de l’ONG Action humaine pour le développement intégré au Sénégal (AHDIS) : Après huit (08) mois de riposte à la COVID-19, le Sénégal affiche des résultats très encourageants qui lui valent d’être cité en exemple devant des États censés être mieux outillés face à cette pandémie. Le Gouvernement, les populations et les Partenaires techniques et financiers (PTF) ont su faire preuve de résistance, en dépit des pertes en vies humaines enregistrées. 

Tout en priant pour le repos des compatriotes disparus, l’ONG Action humaine pour développement intégré au Sénégal (AHDIS) salue les performances réalisées. Sans vouloir crier victoire tout de suite, vu que le virus est toujours parmi nous, nous tenons à féliciter et encourager tous les acteurs gouvernementaux, le personnel soignant, les communautés et les PTF qui participent à cette lutte. 

Dans ce cadre, le Sénégal doit une fière chandelle à l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). En effet, sur la base de nos propres constats et des informations recueillies auprès de sources concordantes, l’OMS a pleinement joué sa partition, en appuyant le Gouvernement dans la gestion de la riposte à la COVID-19. 

Ses actions ont porté sur quatre piliers essentiels, à savoir la Coordination et la planification, la Surveillance épidémiologique, la Prise en charge des cas et la Communication sur les risques et l’engagement communautaire (CREC).  

En effet, il nous est revenu qu’à propos de la Coordinations et de la Planification, l’OMS était aux côtés du Sénégal dès la phase de préparation à la riposte à la COVID-19, en contribuant à l’analyse du niveau de préparation du pays, estimé aux premières heures de la pandémie à 64%. Grâce à l’expertise de cette organisation, le Ministère de la Santé et de l’Action sociale (MSAS)  a su élaborer un Plan de préparation et de réponse. C’est ainsi qu’elle a aidé notre pays à mettre en place des Systèmes de gestion de l’incident (SGI) dans l’ensemble des 14 régions médicales et dans les districts sanitaires. 

À voir aussi  L’ALGÉRIE : vaincra la pandémie dans un avenir proche selon le ministre Benbouzid : «Nous devons tous porter des masques»

Concernant la Surveillance épidémiologique, elle a contribué à la formation des agents dans tous les districts sanitaires, en renforçant leurs capacités pour la détection et la notification des cas et le suivi des contacts. 

La Prise en charge des cas a également occupé une place non négligeable dans le soutien à l’Etat du Sénégal, notamment la prise en charge psychosociale des malades grâce à la formation de formateurs dans toutes les régions. L’accompagnement sur le volet prise en charge s’est aussi manifesté par la mise à disposition d’experts nationaux. Ces derniers ont appuyé le Sénégal pour évaluer les capacités et les besoins des structures de santé choisies pour abriter des Centres de traitement épidémiologiques (CTE). 

Des experts internationaux venant de la République démocratique du Congo, qui a une longue expérience de lutte contre les épidémies et des consultants locaux ont aussi été engagés par l’OMS pour la Prévention et le contrôle de l’infection (PCI). S’y ajoutent des dons d’équipements de protection individuelle fournis au Ministère de la Santé et de l’Action sociale pour assurer la sécurité du personnel soignant.

Last but not, l’OMS a été un acteur majeur dans la Communication sur les risques et l’engagement communautaire (CREC), en mettant à disposition des socio-anthropologues sénégalais et des experts internationaux en promotion de la santé, pour appuyer le Sénégal dans la formation des acteurs en CREC, l’élaboration et la mise en œuvre de stratégies d’engagement communautaire.

AHDIS tient à saluer toutes ces actions et à exprimer ses vives félicitations à l’OMS dont les équipes travaillent de façon efficace et discrète auprès du Ministère de la Santé et de l’Action sociale. Nous l’invitons à ne pas lâcher prise car le Sénégal n’est pas définitivement à l’abri.