Home CENTRAFRIQUE CENTRAFRIQUE : Les rebelles encerclent la capitale, la situation est “apocalyptique”

CENTRAFRIQUE : Les rebelles encerclent la capitale, la situation est “apocalyptique”

0
Martin Ziguélé @Capture Facebook

La situation à Bangui, la capitale de la République centrafricaine (RCA), est « apocalyptique ». Selon l’ancien Premier ministre Martin Ziguélé, les forces rebelles ont encerclé la ville. Elles contrôlent maintenant les deux tiers du pays.

La violence couve en Centrafrique où les rebelles gagnent du terrain. En effet, deux tiers du pays est entre leurs mains. C’est l’ex-Premier ministre Martin Ziguélé qui sonne l’alerte affirmant que les combats sont quotidiens dans tout le pays et qu’il ne peut pas quitter Bangui sans une escorte armée. Selon les chiffres de l’Organisation des Nations Unies (ONU), plus de 200 000 personnes ont fui leurs foyers depuis que le conflit a éclaté le mois dernier.

Les forces gouvernementales soutenues par les troupes de l’ONU, russes et rwandaises défendent actuellement la ville qui est en état d’urgence depuis début janvier. Au moins 12 000 soldats de la paix sont déjà sur le terrain en RCA.

Pour Martin Ziguélé, la préoccupation majeure consiste pour le moment à sécuriser la principale voie d’approvisionnement entre Bangui et l’est du Cameroun. « Je ne peux pas quitter Bangui sans une escorte militaire lourdement armée », a-t-il déclaré qualifiant la situation d’« Apocalyptique ». Un porte-parole du HCR, à Genève, a déclaré que les attaques des rebelles avaient entravé l’accès humanitaire à Bangui et que de nombreuses personnes sont maintenant confrontées à des « conditions désastreuses ».

À voir aussi  GUINÉE BISSAU : José Mario Vaz reconnaît sa défaite.

Les forces rebelles qui entourent actuellement Bangui contestent la validité de la réélection du président Faustin Archange Touadéra en décembre.

Lors de sa première adresse à la Nation après sa réélection officielle, le Président Touadéra avait appelé à la réconciliation nationale et tendu la main à l’opposition démocratique. En revanche, il avait fermement condamné l’offensive rebelle déclenchée huit jours avant la Présidentielle. « Les auteurs, coauteurs et complices présumés de ces crimes imprescriptibles commis contre le peuple centrafricain seront recherchés, arrêtés et traduits devant les juridictions compétentes », avait-il déclaré.

Il a accusé l’ancien Président François Bozizé, dont la candidature à la Présidentielle avait été invalidée par la Cour constitutionnelle, d’être derrière les rebelles, d’avoir réuni les moyens et mis le feu au pays.

Depuis qu’ils ont juré de « marcher sur Bangui », les rebelles menaient jusqu’ici des attaques sporadiques mais parfois violentes, généralement loin de la capitale, même si deux attaques simultanées d’environ 200 assaillants ont été repoussées le 13 janvier à Bangui.

       

Laisser un commentaire