Home OUGANDA OUGANDA : Assigné à résidence, Bobi Wine dépose une plainte à l’ONU

OUGANDA : Assigné à résidence, Bobi Wine dépose une plainte à l’ONU

0
Bobi Wine @Capture Facebook

Robert Kyagulanyi alias Bobi Wine est assigné à résidence depuis le vendredi 15 janvier 2021. Le leader de l’opposition ougandaise, qui n’en peut plus, a décidé de passer à l’offensive. En effet, par le biais de ses avocats, il a engagé des poursuites judiciaires contre le procureur général de la République, le chef des forces de défense et l’inspecteur général de la police de l’Ouganda.

L’opposant ougandais Bobi Wine est en résidence surveillée depuis le lendemain du scrutin présidentiel du 14 janvier 2021. Après plusieurs alertes sans résultat, l’opposant a décidé de saisir la justice de son pays et les juridictions internationales. En effet, une plainte pour détention arbitraire a été déposée auprès de l’Organisation des Nations Unies (ONU) tandis que la Haute Cour de Kampala se prononcera sur l’affaire le lundi 25 janvier. « L’avocat nigérian des droits humains, Femi Falana, a déposé cette plainte en mon nom auprès du Groupe de travail des Nations unies sur les arrestations arbitraires. Nous contestons mon emprisonnement illégal continu par la police et l’armée ougandaise », a tweeté mercredi Bobi Wine.

Dimanche déjà, l’opposant ougandais avait appelé la communauté internationale à réclamer la levée de son « assignation à résidence ». Il n’a pas quitté sa maison de Kampala depuis qu’il est allé voter jeudi. Son domicile est encerclé par les soldats et la police qui en refusent l’accès et interdisent à quiconque d’en sortir. Lors d’un échange avec des journalistes via Zoom sur une ligne « clandestine », Bobi Wine a déclaré : « Nous sommes là, nous n’avons plus de nourriture et personne n’est autorisé à entrer ou sortir. Nous n’avons plus de nourriture, mais lorsque ma femme a essayé de se rendre dans notre jardin pour récupérer de la nourriture les militaires l’ont agressé, la seule chose que nous pouvons faire, c’est d’appeler le monde et les citoyens du monde à l’aider« , avait-il ajouté inquiet.

À voir aussi  BURKINA FASO - Le président ghanéen Nana Addo Dankwa Akufo-Addo a apporté son soutien au Burkina Faso

Le couple Bobi Wine n’a donc pas le droit de sortir de sa maison, mais aussi de recevoir ses avocats. Les forces de police qui surveillent l’entrée de la résidence leur ont refusé l’accès. En effet, un de ses conseils, George Musisi, qui espérait avoir l’autorisation d’accéder au domicile de son client, vu que ce n’est pas un centre de détention, s’était heurté à la fermeté des policiers qui ont reçu des instructions fermes. « Sixième jour en résidence surveillée et nous sommes toujours coincés avec un bébé de 18 mois qui avait rendu visite à sa tante (ma femme) avant que nous ayons été attaqués et assiégés. Le papa s’est vu refuser le droit de le voir. Nous sommes à court de nourriture et de lait. Personne n’est autorisé à sortir ou à entrer dans notre concession », a tweeté mardi le chef de l’opposition ougandaise.

Bien avant Bobi Wine, l’opposant Kizza Besigye avait été contraint lui aussi de rester plusieurs semaines à son domicile après les résultats de la Présidentielle de 2016 qu’il avait perdu contre le Président ougandais Yoweri Museveni.

       

Laisser un commentaire