Connect with us

ÉDUCATION

COTE D’IVOIRE – MCA COTE D’IVOIRE a lancé les travaux de construction des collèges de proximité à San Pedro

Publie

le

Le lancement officiel des travaux de construction des Collèges de Proximité du Bassin de Youwasso s’est déroulé le vendredi 25 mars 2022.La cérémonie qui a eu pour cadre le terrain de football de Youwasso, s’est déroulée en présence de nombreuses personnalités dont madame le Ministre de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation, Madame la Directrice Pays Résidente du MCC et Mme le Directeur Général de MCA-Côte d’Ivoire.

Etaient également présents le Ministre Gouverneur du District Autonome du Bas-Sassandra, le Préfet de région, le Préfet du Département de Tabou, les maires de Grand Béréby et de San Pedro, ainsi que les chefs de communautés et les chefs d’établissements scolaires. La libation du porte-parole de la communauté de Youwasso et environs et la traditionnelle bienvenue adressée aux autorités qui ont effectué le déplacement ont marqué le début de la cérémonie.

Madame le directeur général de MCA Côte d’Ivoire, Rajan Florence, après avoir remercié les autorités politiques, administratives et traditionnelles ainsi que les populations présentes a donné des précisions sur le collège qui sera construit à Youwasso. L’établissement recevra 640 enfants répartis dans un bâtiment R+1 composé de 16 salles de classe, d’un bloc Administratif, d’une salle informatique, d’un foyer préau, de toilettes différenciées pour les filles et les garçons, de deux terrains omnisports et d’un terrain de football. « C’est l’aboutissement d’un processus qui a mis du temps certes, mais qui était nécessaire pour garantir l’acceptabilité sociale des communautés, la sécurisation des parcelles, la qualité des études et par conséquent la durabilité des investissements. » a-t-elle ajouté.

Les deux autres collèges des bassins de Oueoulo et Adjamene seront construits selon ce même plan. Par contre pour le bassin de Mane, c’est un collège de 8 salles de classes qui sera construit eu égard aux effectifs. Elle a précisé que ce sont au total 4 collèges des bassins respectifs de Youwasso, Adjamené, Oueoulo et Mané qui seront construits suite à cette cérémonie grâce au financement du Gouvernement Américain à travers le MCC. Il est prévu avant la fin de cette année 2022, le démarrage de 16 autres collèges de proximité dans les régions de Gbêkê et San Pedro pour achever la première tranche.

Quant à madame la Directrice pays résidente MCC, Laura Rudert, après avoir transmis les salutations et le son soutien personnel et celui du peuple américain de l’ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique, l’honorable Richard Bell, dont l’agenda n’a pas permis la présence à la cérémonie, elle a souligné que l’objectif du gouvernement américain en Côte d’Ivoire est d’appuyer les efforts ivoiriens à développer une économie moderne, diversifiée et prospère grâce à une population bien formée et en bonne santé.

Selon Madame Laura Rudert, ce sont environ 7 000 élèves actuellement inscrits dans les écoles élémentaires avec 54% de filles qui devraient bénéficier de ces écoles. 22 villages situés dans un rayon de 5 kilomètres des villages hôtes, et 6 villages situés entre 17 et 24 km du village hôte d’Adjamene bénéficieront des collèges de proximités. Elle a également mis l’accent sur le fait que l’atteinte des objectifs de ce don américain « dépendra de la valeur que nous voudrons bien lui octroyer, de ce qu’il soit utilisé de la meilleure manière (…). Ce n’est pas un nouveau bâtiment qui va donner un meilleur avenir. Nous avons besoin de bons professeurs, bien formés, d’excellents encadreurs pédagogiques, de parents et communautés qui appuient l’éducation de leurs enfants. Nous voulons garantir que les enfants de ce pays bénéficient de l’environnement adéquat pour leurs études, incluant le soutien de leurs parents et la sécurité pour les petites filles. »
Elle a enfin rassuré l’assistance de l’engagement du gouvernement des Etats Unis d’Amérique à poursuivre, à travers le MCC, l’accompagnement de la Cote d’Ivoire vers la réussite de ce programme.

Cette cérémonie était également l’occasion de remettre 2 véhicules à la Direction régionale du Ministère de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation, DRENA. Madame le Ministre de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation, Mariétou Koné justement, a transmis le message du Ministre, Secrétaire Général de la Présidence de la République de Côte d’Ivoire, également Président du Conseil d’Administration de MCA-Côte d’Ivoire, monsieur Abdourahmane Cissé, qui l’a chargée de traduire aux populations toute l’importance que le président de la République accorde à la formation de la jeunesse ivoirienne. Elle a remercié l’ambassadeur des Etats-Unis en Côte d’Ivoire, la Directrice pays du MCC, et le directeur général de MCA Côte d’Ivoire pour l’accompagnement du secteur éducation-formation.

Pour rappel, le Millennium Challenge Corporation (MCC) est une Agence Américaine d’aide étrangère, indépendante et novatrice ayant pour mission la lutte contre la pauvreté dans le monde. Il fournit une aide étrangère américaine efficace prenant en compte la bonne gouvernance, l’appropriation par les pays et leurs résultats. Le MCC a accordé un don de 525 millions USD à la Cote d’Ivoire pour l’appui à l’amélioration de domaines tels que le transport et l’éducation de base.
Le Millennium Challenge Account Côte d’Ivoire (MCA-Côte d’Ivoire) agit comme organisme indépendant de gestion de la mise en œuvre du Programme Compact Côte d’Ivoire, fonds dont l’objectif est de générer une croissance économique inclusive et de réduire la pauvreté.

Continuer la lecture
Cliquez ici pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A LA UNE

AVERROÈS – Le premier lycée musulman sous contrat en France, est menacé

Publie

le

Fondé il y a 20 ans après l’interdiction du voile dans les lieux scolaires, Averroès, premier lycée musulman sous contrat en France, est menacé, un avis favorable à la résiliation de son contrat avec l’Etat ayant été rendu lundi .

novembre Une commission consultative présidée par le préfet du Nord a voté lundi en faveur de la résiliation du contrat d’association liant à l’Etat ce lycée musulman situé à Lille, la grande ville du nord de la France, ont indiqué à l’AFP deux sources proches du dossier, ce lundi 27 novembre 2023.

Selon les termes de ce contrat, signé en 2008, les enseignants de l’établissement sont rémunérés par l’Education nationale et le personnel parascolaire par la Région. Le dernier mot revient maintenant au préfet, qui doit prendre sa décision sur l’avenir de ce contrat « dans les prochains jours », a indiqué l’une des deux sources.

Depuis 2019, les autorités locales refusent de verser la subvention prévue dans le cadre de ce contrat avec l’Etat, reprochant notamment à Averroès un don qatari de 950.000 euros en 2014.

En filigrane est aussi pointé du doigt le lien historique d’Averroès avec les Musulmans de France (ex-UOIF), organisation issue du mouvement égyptien des Frères musulmans.

L’idée de créer un lycée musulman remonte à 1994, lorsque 19 jeunes filles sont exclues d’un lycée public lillois pour avoir refusé d’ôter leur voile pour aller en cours, malgré une circulaire interdisant les « signes religieux ostentatoires ».

Le lycée Averroès ouvre en septembre 2003 avec une quinzaine d’élèves dans des locaux de la mosquée du quartier populaire de Lille-Sud, avec le soutien de l’UOIF.

Avec plus de 800 élèves dont 400 sous contrat, Averroès reste de loin le plus gros des six établissements musulmans sous contrat de France. Seul le lycée est reconnu, pas le collège.  

Continuer la lecture

A LA UNE

GUINÉE – La mort d’un jeune homme ravive les tensions sociales

Publie

le

Article réalisé par Dan SIngault de Blagouin depuis Abidjan

Thierno Mamadou Diallo avait 19 ans. Candidat à l’examen du brevet, il n’obtiendra malheureusement jamais ce parchemin. le jeune homme a été abattu d’une balle dans la tête en marge des manifestations contre l’augmentation des prix du carburant à Hamdallaye, en Guinée, le mercredi 1er Juin 2022. 

Ces heurts qui ont éclaté entre des manifestants et les forces de sécurité guinéennes dans certains quartiers de Conakry ont ravivé les mécontentements d’une partie de la population et de la classe politique contre le pouvoir du colonel Mamady Doumbouya.  Le ministre guinéen de la sécurité, Bachir Diallo, est rapidement monté au créneau depuis la ville de Kankan où il séjourne pour  » condamner énergiquement ces gestes qui conduisent à des morts d’hommes  ».  » Le gouvernement ne s’inscrit pas dans cette logique  », a-t-il martelé. 

Il en faudra bien plus pour atténuer la fracture entre le CNRD du colonel Mamady Doumbouya qui a pris le pouvoir le 05 Septembre 2021 et une partie des Guinéens. Selon le FNDC, une coalition de l’opposition qui a combattu le pouvoir d’Alpha Condé, il y a bien un fossé entre les promesses des putschistes du CNRD  » qui s’étaient engagés à ne pas commettre les mêmes tueries que ses prédécesseurs  » et les actes qu’ils posent aujourd’hui. 

La mort du jeune Thierno Mamadou Diallo intervient d’ailleurs à la veille d’un communiqué du CNRD interdisant toute manifestation. Cette décision considérée comme une restriction des libertés publiques, avait essuyé de vives protestations de certaines organisations politiques et associations de droits de l’homme. 

Rappelons que le pouvoir de Conakry a déjà engagé des poursuites judiciaires contre une vingtaine de dignitaires de l’ancien régime dont le président Alpha Condé et son premier ministre Ibrahima Fofana Kassory. L’ancien parti au pouvoir, le RPG ARC-EN-CIEL s’est d’ailleurs dit victime d’une chasse aux sorcières. 

On est donc bien loin de la liesse populaire suscitée par l’avènement du colonel Mamady Doumbouya à la tête de l’état guinéen. Certaines de ses décisions sont jugées en déphasage avec la réconciliation nationale à laquelle aspire tout le pays. Hormis cela, ce pouvoir doit faire face à l’Union Africaine et la communauté internationale qui juge la durée de la transition fixée par la junte militaire inacceptable. 

Le CNRD gagnerait à voir se dissiper ces tensions pour la paix dans ce pays déjà fragilisé par de nombreuses crises sociales. 

Continuer la lecture

A LA UNE

SÉNÉGAL – Les étudiants de l’UCAD décrètent 48h de grève renouvelable

Publie

le


Après des affrontements avec les forces de l’ordre durant la journée du mardi 14 décembre 2021, les étudiants de la faculté des Lettres et sciences humaines (FLSH) ont décrété une grève de 48 heures renouvelable. Pour cause, la situation qui prévaut à l’université Alioune Diop de Bambey avec le décès de l’étudiant Badara Ndiaye, le 30 novembre 2021 à Kaolack, à cause d’une intoxication alimentaire. Les étudiants de l’UCAD ont décidé de porter le combat jusqu’à ce que la lumière soit faite sur cette affaire qui a même mobilisé les étudiants des autres universités publiques du Sénégal.

Les étudiants ont affronté les forces de l’ordre toute la journée du mardi 14 décembre 2021. Ces pensionnaires de l’université Cheikh Anta Diop (Ucad) de Dakar ont décrété une grève de 48h renouvelable pour apporter leur soutien à leurs camarades de l’université de Bambey très remontés suite au décès par intoxication, disent-ils, de l’étudiant Badara Ndiaye. Dans un communiqué publié le mardi, l’amicale des étudiants de la faculté des Lettres et sciences humaines (FLSH) informe de ‘’la cessation totale de toute activité pédagogique (cours et examens) et sociale à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar pour 48 heures renouvelables. Et de l’introduction d’une plateforme revendicative dans les prochaines 24 heures’’, indique la structure qui se dit représentante légitime des étudiants de l’Ucad.

Les étudiants exigent une enquête sérieuse afin de situer les responsabilités. Pour eux, la désinvolture des autorités universitaires sur cette affaire est très suspecte. C’est pourquoi ’l’amicale réitère son engagement et sa disponibilité pour la cause estudiantine, face à la situation chaotique que vivent les étudiants de Bambey depuis la mort de l’étudiant Badara Ndiaye, suite à une intoxication combinée à un mutisme total des autorités universitaires et supérieures’’, peut-on lire dans le communiqué.

A rappeler qu’à travers un communiqué de presse, le médecin-chef, Dr Ahmadou Bamba Guèye, avait précisé que l’étudiant Badara Ndiaye ne présentait aucun signe d’intoxication alimentaire. «Le patient a reçu un traitement sous réserve d’un retour de suivi dans les 48 heures. Malheureusement, l’étudiant a opté pour un retour à domicile à Kaolack», relève le texte. Toujours d’après le médecin, «le certificat de genre de mort délivré par le médecin légiste de l’hôpital Aristide Le Dantec, en exécution d’une instruction judiciaire, renseigne que le patient est décédé des suites d’une maladie hépatique avec défaillance multicéréale». Les étudiants eux sont convaincus que leur camarade est décédé des suite après avoir pris un repas servi par le restaurant universitaire le la nuit du 27 au 28 novembre 2021 à Bambey. Les étudiants comptent mener le combat jusqu’au bout. 

Continuer la lecture

DERNIERS ARTICLES

FACEBOOK

PUB

NEWS +