Home AGRICULTURE MAURITANIE – 9 millions d’euros pour la sécurité alimentaire et l’agriculture

MAURITANIE – 9 millions d’euros pour la sécurité alimentaire et l’agriculture

0

La Mauritanie a signé, le mardi 09 février, deux conventions de financement d’un montant de 9 millions d’euros avec l’Agence Française de Développement (AFD). Ces fonds permettront au pays d’améliorer la sécurité alimentaire et de valoriser le rôle des femmes  dans l’agriculture.

La Mauritanie et l’AFD ont signé, mardi 9 février 2021, deux conventions de financement d’un montant de 09 millions d’euros pour la sécurité alimentaire et l’agriculture. 500.000 euros de ce montant seront consacrés, selon un communiqué, à la diversification du genre dans le domaine agricole. Le reste est destiné à améliorer la sécurité alimentaire et à valoriser le rôle des femmes dans l’agriculture dans les régions du Gorgol et du Guidimakha.

A l’occasion de cette signature, le ministre mauritanien de l’Economie et des Secteurs productifs, Ousmane Mamoudou Kane, a déclaré que ces conventions prévoient l’encadrement et l’organisation des coopératives de production, l’appui de la commercialisation et le développement des structures de la société nationale pour le développement rural (SONADER). L’ambassadeur de France en Mauritanie, Robert Moulié, a expliqué que ce financement est destiné à valoriser les capacités rurales des femmes dans leur milieu et à renforcer l’appui au projet pour la consolidation de la sécurité alimentaire.

À voir aussi  ÉTHIOPIE : La BAD apporte son soutien à la modernisation des paiements électroniques

2500 agriculteurs répartis dans les communes de Gouraye, Ghabou, Nere Walo, Djowel, Tokomadi, et Tifounde Cive sont concernés par ce financement qui constitue la seconde phase d’un projet agricole ASARIGG initié en 2018. Ledit financement devra permettre, en outre, l’aménagement et l’équipement de 11 périmètres irrigués pour la production rizicole et 10 périmètres maraîchers gérés par des femmes pour améliorer leur production agricole. Il est également prévu de mettre en place un volet d’action rapide pour restaurer 350 ha de terres dégradées et de promouvoir des pratiques agroécologiques dans six territoires au profit des 25000 habitants de la zone.

       

Laisser un commentaire