Home CULTURE COTE D’IVOIRE : Ligne indigo… pour séduire ces dames.

COTE D’IVOIRE : Ligne indigo… pour séduire ces dames.

0

Don Sophie est une jeune Ivoirienne passionnée de mode. Elle est la créatrice de Ligne Indigo, la marque de vêtement qui en seulement 6 ans d’existence est devenue une référence en Côte d’Ivoire. Sa boutique, installée dans la commune de huppée de Cocody, dans la capitale politique, est surtout visitée par des femmes issues de la classe moyenne, même si elle souligne que ses créations sont largement accessibles. Qui est donc cette créatrice de mode dont les fashionista s’arrachent les robes ? Portrait d’une ancienne cadre de banque qui a troqué les chiffres contre un crayon.

Avec un DUT secrétariat médical obtenu à l’INSET (Institut National supérieur de l’enseignement technique), Don Sophie ne travaillera pas longtemps dans le domaine de sa formation. Elle se retrouve très vite au standard… d’une banque. Et 4 ans la voilà responsable du service clientèle, puis gestionnaire de compte. Un peu plus tard, elle sera chef d’agence, dans une autre banque. Mais après deux années d’exercice, elle décide de tout plaquer pour se consacrer entièrement son premier amour : la mode ! D’ailleurs, parallèlement à son emploi, elle tenait déjà un magasin de prêt-à-porter pour femme enceinte.

À voir aussi  CULTURE : « Sulwe », le livre de Lupita Nyongo pour encourager les enfants à aimer leur peau.

Don Sophie a pour spécialité, l’indigo ! « A l’origine, l’indigo, c’est une couleur, une teinte de bleu mêlée à du violet. Par abus de langage, on l’assimile aujourd’hui à tout ce qui est teinture sur le tissu », explique-t-elle.

Elle commence cette nouvelle aventure en confectionnant du linge de maison. Inspirée par les teinturiers d’Anyama, ville de son enfance. Depuis 5 ans, elle travaille avec avec ses couturiers et teinturiers dans son atelier devenu aujourd’hui une entreprise en pleine croissances. Pour le bonheur de sa clientèle qui ne cesse de s’agrandir et qui se dispute ses nouvelles créations.

Sa tête fourmille d’idées originales qui sont traduites dans ses créations pour le bonheur de ces dames… Mais aussi des messieurs. « Nos clientes sont toujours là parce que nous leur proposons des robes, des chemises pour homme, des chaussures, des bijoux qu’elles ne voient pas ailleurs. » Aujourd’hui, la créatrice de mode veut passer à une autre étape : vendre ses produits dont l’originalité n’est plus à démontrer, à l’international. Mais avant, elle rêve d’un grand défilé à Anyama. Un spectacle qui serait comme une marque de reconnaissance de cette ville qui l’inspire tant !