Home CINÉMA SÉNÉGAL – Maïmouna Doucouré, une grande ouvrière du cinéma français

SÉNÉGAL – Maïmouna Doucouré, une grande ouvrière du cinéma français

0
Maïmouna Doucouré @Capture Photo page Facebook de Maïmouna Doucouré / Crédit photo : Sylvie Castioni

Maïmouna Doucouré est une grande réalisatrice franco-sénégalaise. Malgré les réactions mitigées autour de son film «Mignonnes », le génie de l’art cinématographique de la réalisatrice française ne pâlit point. Impossible de tomber en disgrâce quand on aborde des thèmes aussi réalistes. Elle s’illustre dans une technique dont elle semble la seule à avoir le secret : la polygamie. Elle insiste sur les rapports complexes que les enfants entretiennnent avec la polygamie. Une avant-gardiste au style unique que le monde ne cesse de célébrer. De « Cache-cache » à «Hawa », toute son œuvre est une fresque grandiose où s’inscrivent les mouvements traditionalistes africains toujours en lutte avec la modernité.

Née en 1985 à Paris, Maïmouna Doucouré est la fille d’une famille d’immigrés sénégalais. Venue en France, la famille s’installe dans le 19e arrondissement de Paris. La jeune femme y obtient un bac S et fait une licence en biologie à l’université Paris VI. Dans le même temps, elle suit des cours de théâtre au sein du laboratoire de l’actrice Hélène Zidi. En 2012, à la suite d’un concours de scénario initié par l’Union Sociale pour l’Habitat, elle réalise son premier court-métrage sur fonds propres intitulé «Cache-cache ». Elle obtient le 3ème Prix de HLM et le coup de cœur du jury du festival Génération Court d’Aubervilliers. Ensuite, «Maman » va suivre et va récolter près de 60 prix internationaux. Ce film l’a fait rentrer dans le cercle des créateurs français de renom. Dans ce film, elle met en scène la vie assez tourmentée d’une fille dans un foyer polygame. Une fille que les chaleurs d’un foyer brûle tellement qu’elle décide de tuer la deuxième femme de son père. 

Maïmouna Doucouré @Capture Photo page Facebook de Maïmouna Doucouré

Mais, le film de Maïmouna Doucouré qui fera parler d’elle est «Mignonnes ». Réalisé en 2017, ce film sort sur les écrans en 2020. Il recevra le Global Filmmaking Award. La même année, le film est nommé au Césars dans la catégorie « Meilleur premier film ». C’est l’histoire d’un groupe de préadolescentes hypersexualisées. Amy, personnage principal, subit une attaque en règle.

À voir aussi  SÉNÉGAL - Moussa Sène Absa, l’ogre du cinéma sénégalais en grande affiche du Festival cinémas d'Afrique - Lausanne

Les États-Unis qui foisonnent de ce genre de film à scandale ont fustigé le film. On accuse la réalisatrice de promouvoir « l’exhibition obscène des parties génitales de mineures, sollicitant un intérêt lubrique pour le sexe ». Pourtant, c’est tout le contraire. Le film dénonce, selon la réalisatrice, la sexualisation précoce des jeunes filles qui se laissent entraîner par les dérives sexuelles amplifiées par les réseaux sociaux. La censure, c’est comme de la levure. Elle fait monter la sauce. La tempête médiatique n’a aucune emprise sur le film, qui en 2019, reçoit le Gold Fellowship for Women décerné par l’Académie des Oscars. Qu’est-ce qu’il y a dans ce film pour faire autant jaser.

Amy, l’héroïne, est une pré-adolescente âgée d’une onzaine d’années originaire du Sénégal. Elle vit dans un minuscule appartement dans le nord de Paris avec sa mère et ses deux frères. Comme dans « Maman », Amy voit sa famille – une famille polygame – partir à vau-l’eau. La souffrance que vit sa mère la travaille. Le pays veut rentrer au bled, au Sénégal avec la seconde femme. Elle en a ma claque de la prière collective et de tout ce qui a trait à la tradition. Face aux conseils de sa tante, elle fait la sourde oreille. Elle découvre la danse avec Angelica. A force de travail, elle intègre un groupe de danse « Mignonnes » titre du film. Là, débute le film à proprement dit.  Tenue légère, geste osé, sensuel, à la limite pornographique. Tout le contraire de ce que sa tante s’évertue à lui enseigner. Les humiliations scolaires et les réactions négatives, et les photos osées qui ont fuité sur les réseaux sociaux, tout ce cocktail pousse la jeune fille à la déprime. Les problèmes familiaux finissent par transformer la jeune fille qui s’exhibe désormais comme une mondaine.  

       

Laisser un commentaire