Connect with us

AFRIQUE DE L’EST

KENYA : Décision de la Cour Suprême ou un écheveau entre Droit, Politique et Emotion.

Publie

le

Au regard des derniers développements de la situation politique au Kenya, lourds de périls, l’on est en droit de se demander si la décision rarissime sinon unique au monde de cette institution, était pertinente et valide en droit pur, politiquement correct, au sens noble du terme, et socialement concevable, venant de la part surtout de gardiens de l’Édifice national, soutenu par la constitution. Faut il le rappeler, la Constitution reste l’épine dorsale de toutes les lois d’un pays et la Cour Suprême chargée de veiller sur elle et à son intégrité, reste la mère couveuse de tous les citoyens et de leurs Droits collectifs et individuels à travers une justice équitable pour tous.

Dans ce cadre l’exercice du vote reste un Droit majeur du citoyen qui lui permet de donner librement son point de vue sur les affaires et la marche de son pays, au cours d’Élections locales ou nationales, programmées, planifiées, par l’État et les différents acteurs ,suivant la Loi et des règles de jeu bien définies et connues de tous les citoyens conscients de leur statut. Alors c’est donc un processus qui comprend deux parties qu’il importe de distinguer. D’une part le système électoral qui définit l’ensemble des règles et qui présente plus d’enjeux pour les partis en lice objet de bataille en amont du Vote et le Vote lui-même qui est la phase la plus décisive et donc la plus importante pour tout arbitre ou Observateur du jeu démocratique

Au demeurant si cette dernière phase s’ouvre librement avec la participation des Acteurs, sans entraves pour le citoyen d’exercer son droit, les Acteurs reconnaissent tacitement la validité et le dépassement pour la première phase, ce qui n’exclut pas toutes possibilités de faire ultérieurement des recours juridictionnels. Ce vote se déroule souvent avec des manquements de l’Administration par endroits ou avec des heurts entre militants Zélés mais tant que cela n’arrête pas le processus, il est difficile et injuste d’annuler le droit de ce citoyen qui a su faire preuve d’abnégations et de sacrifices pour s’acquitter de ses obligations civiques. C’est pour cela que les observateurs internationaux sont très vigilants sur cette question en utilisant la formule policée « incidents ou manquements qui n’entâchent pas la régularité du Vote ».

« Malheureusement en Afrique, c’est moins la régularité du vote qui est contestée que le résultat du vote et ceci avant même la proclamation provisoire des résultats ; chacun jubile et annonce la victoire. »

Malheureusement en Afrique, c’est moins la régularité du vote qui est contestée que le résultat du vote et ceci avant même la proclamation provisoire des résultats ; chacun jubile et annonce la victoire. C’est en ce moment que l’émotion envahit tout le pays y compris, les votants et les non votants qui promptement, prennent conscience de leur existence en tant que citoyen et se positionnent par rapport à leurs préoccupations et aux perspectives offertes ; ces derniers, moins intéressés à la chose politique, sont souvent plus nombreux aux rassemblements, plus zélés à occuper le crachoir ou à meubler la galerie dans les actions de contestations . Ainsi dès la proclamation des Résultats provisoires, la partie vaincue, s’emploie naturellement à démontrer sa popularité qui n’est souvent pas celle des Urnes, en appelant à des mobilisations de rue avec la complicité souvent pas fortuite des Média.

A ce titre la marée humaine drainée par Odinga au lendemain de la proclamation des Résultats, n’a pas dérogé à la règle et n’a pas manqué de rendre sceptique quand à la victoire de Uhuru Kenyatta et d’influer sur la décision aussi cavalière qu’insolite des 7 sages. C’est cette même mobilisation qui a été constatée après la décision des 7 sages, alors pourquoi donc Odinga n’est pas rassuré de sa victoire au point d’opter pour le boycott ?

IL reste patent qu’Odinga n’est pas sûr de sa victoire qui n’est pas donnée par ceux qui sont dans les partis politiques comme on a tendance à le croire mais plutôt par la population rurale. A mon avis les 7 sages ont agi sous le coup de l’émotion et ont pris une décision inédite en matière d’Élections mais surtout de Droit : une annulation totale d’Élections dont on n’ignore encore les motivations sinon on se réfugie derrière un slogan laconique « d’Élections non fiables » ? Est-ce le Système si oui ne fallait-il pas se donner suffisamment alors de délais pour tout reprendre ? Est-ce le vote, si oui est-il possible que le vote puisse être entaché sur toute l’étendue du Territoire au point d’annuler sans discrimination? Est- ce des Procès verbaux falsifiés ? Le vote n’a-t-il pas pu avoir lieu dans tout le Pays en présence des Représentants de partis politiques et d’observateurs ? Quid des avis des observateurs étrangers? Non il y a de quoi se tirer les cheveux pour comprendre et accepter que des Élections politiques puissent être annulées totalement par une institution juridique fut elle une Cour Suprême, au mépris de tous les avis de toutes les autres institutions directement impliquées tout le long du Processus et au mépris des charges sur le contribuable : C’est là une opportunité de voir de potentielles dérives de l’indépendance de la justice en Afrique où le vaste chantier du civisme reste encore en friche. In fine la cour suprême du Kenya a fait pire que celle de Côte d’ivoire qui n’avait fait qu’annuler partiellement le vote dans certaines circonscriptions. Plus grave encore, des arguments de Droit sur les pièces de réclamations de l’opposition, articulés à la forme ou au fond, pouvant fonder une décision aussi gravissime que dangereuse pour la stabilité du Pays, n’ont pas été portés à la connaissance de l’opinion. Alors l’on semble rester dans l’émoi général découlant de l’irrationalité des résultats, caractéristique d’Élections de cette nature et incapable de se détacher de cette torpeur que distille les mouvements de foule et empêchant de prendre en toute sérénité et lucidité, la décision idoine, conforme au Droit.

Des Sénégalais ont vite fait de tisser prématurément des lauriers aux Magistrats du Kenya dont la décision, parce qu’elle souffre de maturité politique et de professionnalisme, risque de conduire le pays dans un chaos indescriptible voire la partition. C’est le lieu de rendre hommage à la Magistrature Sénégalaise en Général et aux Sages de notre Cour Suprême qui agissent en sage, dans la sérénité et la lucidité, en toute responsabilité malgré les attaques et pressions dont ils font l’objet devant des situations cruciales, comme celles de 2012 pour le troisième mandat de Wade, de 2016 pour l’inconstitutionnalité de la réduction volontariste du Mandat Présidentiel par Macky, en dehors d’un référendum. Nos Magistrats du siège par leurs compétences et leurs expertises doivent continuer à mériter notre confiance et à faire la fierté de notre pays, de notre Démocratie légendaire, touchons tous du bois.

Par Walmack Observateur politique / wandiaye @gmail.com

Continuer la lecture
Cliquez ici pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A LA UNE

KENYA – Le Parlement approuve le déploiement de policiers en Haïti

Publie

le

Le parlement kényan a donné son feu vert, jeudi 16 novembre 2023 pour le déploiement d’un millier de policiers en Haïti, dans le cadre d’une mission soutenue par l’ONU. Une décision qui suscite de vives oppositions dans le pays. 

Le petit État caribéen reste plongé dans le chaos et la violence des gangs. Le parlement kényan a approuvé, jeudi 16 novembre, le déploiement d’un millier de policiers en Haïti, dans le cadre d’une mission soutenue par l’ONU, malgré les critiques au projet dans le pays d’Afrique de l’Est. Début octobre, le Conseil de sécurité de l’ONU avait donné son feu vert à l’envoi en Haïti d’une mission multinationale menée par le Kenya pour aider la police haïtienne.

Le pays est en proie à la violence des gangs qui contrôlent 80 % de la capitale, le nombre de crimes graves ayant atteint des records, selon la représentante de l’ONU dans le pays. « Les oui l’emportent », a laconiquement déclaré la vice-présidente du parlement kényan, Gladys Boos Shollei, après avoir demandé aux élus de se prononcer à voix haute.

Pour l’opposition « ce déploiement est une mission suicide » pour les policiers

Ce déploiement reste toutefois suspendu par la Haute Cour de Nairobi, qui examine à partir de jeudi un recours déposé par un opposant. Ce dernier estime que cette mission est inconstitutionnelle. Si Nairobi a promis un millier de membres de forces de l’ordre, le nombre total et la composition de la force, soutenue par les États-Unis, ne sont pas finalisés.

Le Kenya a déjà participé à plusieurs opérations de maintien de la paix dans des pays voisins (RD Congo, Somalie) et dans diverses parties du monde (Liberia, Timor oriental, ex-Yougoslavie…). Le gouvernement kényan essuie de vives critiques depuis l’annonce de sa décision d’envoyer des policiers en Haïti, pays hautement instable et dangereux.

Des ONG de défense des droits humains soulignent que la police kényane a l’habitude de recourir à la force, parfois létale, contre des civils, ce qui constitue un risque majeur dans un pays où de précédentes interventions étrangères ont été marquées par des violations des droits humains. L’opposant à l’origine du recours, Ekuru Aukot, a affirmé sur X (ex-twitter) que « ce déploiement est une mission suicide pour nos 1 000 policiers ».

Selon le ministre de l’Intérieur, Kithure Kindiki, le budget global pour le déploiement des policiers pendant un an s’élève à 600 millions de dollars. Nairobi a demandé le 9 novembre que le financement de la mission soit assuré par les États membres de l’ONU. « Nous n’envoyons pas une force d’occupation, nous envoyons une force pour soutenir les structures déjà existantes dans ce pays sur la base de leur demande », avait-il assuré. 

Une « mission pour l’humanité », selon le président William Ruto 

Le président William Ruto a, quant à lui, affirmé qu’il s’agissait d’une « mission pour l’humanité » dans un pays ravagé selon lui par le colonialisme. D’après la résolution du Conseil de sécurité de l’ONU adoptée en octobre par 13 voix pour et 2 abstentions (Chine et Russie) après de difficiles négociations, cette « mission multinationale de soutien à la sécurité », non onusienne, est créée pour « une période initiale de douze mois », avec une réévaluation au bout de neuf.

La résolution appelait, d’autre part, la future mission à « prendre les mesures appropriées en matière de gestion des eaux usées » pour empêcher la propagation de maladies. Une recommandation probablement destinée à rassurer les Haïtiens, qui gardent un très mauvais souvenir de la dernière force internationale déployée sur leur territoire.

Des Casques bleus de la Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah), présente de 2004 à 2017, avaient en effet apporté le choléra, entraînant une épidémie ayant fait plus de 10 000 morts. Cet épisode explique en partie que la future force ne se fasse pas sous drapeau de l’ONU.

Continuer la lecture

POLITIQUE

SOUDAN – Les deux généraux se concentrent autour des bases militaires après de violents combats

Publie

le

Les combats ont fait rage mardi 27 juin 2023 à Khartoum entre les paramilitaires qui menacent de prendre la ville et l’armée qui appelle désormais tous les jeunes du Soudan à s’engager sous les drapeaux, à la veille de la fête musulmane de l’Aïd al-Adha.

capitale, les combats entre l’armée, dirigée par le général Abdel Fattah al-Burhan, et les Forces de soutien rapide (FSR) du général Mohammed Hamdane Dogolo, dit « Hemedti », se concentrent désormais autour des bases militaires. Les FSR sont, depuis le début de la guerre, le 15 avril, présentes en masse dans les quartiers résidentiels où elles avaient établi de longue date leurs bases. L’armée, elle, tente de jouer de son principal atout : les airs, qu’elle contrôle seule, sans que son infanterie parvienne à prendre pied dans l’immense ville traversée par deux bras du Nil.

Depuis plusieurs jours, les FSR tentent de prendre les dernières bases de l’armée dans la capitale où se terrent encore des millions d’habitants – près d’un million et demi sont partis, fuyant les balles perdues et les coupures d’eau et d’électricité sous une chaleur harassante. Les FSR ont pris le QG de la police et son immense arsenal dans le sud de Khartoum et elles ont harcelé ce mardi l’armée sur des bases dans le centre, le nord et le sud de Khartoum, ont rapporté des habitants à l’AFP. Si elles prennent ces dernières bases, elles auront pris le contrôle de Khartoum, assurent les experts.

Continuer la lecture

AFRIQUE DE L’EST

TANZANIE – Le Président rencontre le président du directoire et la CEO de la fondation Merck

Publie

le

Le Président du Directoire et la CEO de la Fondation Merck rencontre le Président Tanzanien pour discuter de l’intensification de leurs programmes de santé afin de transformer le paysage des soins aux patients en Tanzanie. « Nous avons fourni 37 bourses d’un diplôme d’un an et d’un master de deux ans à des médecins tanzaniens en partenariat avec le Ministère Tanzanien de la Santé, et nous continuerons à augmenter le nombre de bourses accordées à médecins dans de nombreuses spécialités médicales mal desservies et critiques », dit la sénatrice Dr Rasha Kelej, CEO de la Fondation Merck.

La branche philanthropique de Merck KGaA Allemagne, souligne son engagement à renforcer les capacités de soins de santé en Tanzanie lors de sa réunion de haut niveau avec S.E. Dr. Samia Suluhu Hassan, Président de la République Unie de Tanzanie. La discussion menée par le Professeur Dr. Frank Stangenberg Haverkamp, Président du Directoire de la Fondation Merck BOT et la Sénatrice Dr. Rasha Kelej, CEO de la Fondation Merck, pour discuter de la mise à l’échelle des programmes de la Fondation Merck pour renforcer les capacités de soins de santé et transformer le paysage des soins aux patients en plus de 36 spécialités médicales critiques et mal desservies en Tanzanie.

La sénatrice a déclaré : « Ce fut un plaisir de rencontrer le Président de la Tanzanie. Notre vision est de fournir des solutions de soins de santé de qualité et équitables aux populations mal desservies et vulnérables, menant l’Afrique et le reste du monde vers un avenir plus sain. Nous nous engageons à transformer le paysage des soins aux patients en Afrique grâce à nos programmes de bourses. Jusqu’à présent, plus de 1580 bourses ont été accordées à de jeunes médecins de 50 pays dans 36 spécialités médicales critiques et mal desservies.

Ce fut un grand honneur de rencontrer S.E. Dr. Samia Suluhu Hassan, Président de la République-Unie de Tanzanie pour souligner notre engagement continu envers la santé et le développement social en Tanzanie. C’est une grande dirigeante ; nous, toutes les femmes africaines, sommes vraiment fières de ses grandes réalisations et de son succès. Elle est un véritable modèle pour nous tous. »

La Fondation Merck a récemment organisé le Sommet des Anciens de la Fondation Merck en Tanzanie pour rencontrer leurs anciens et une cérémonie de remise des prix pour reconnaître les gagnants des Prix de la Fondation Merck. Le Sommet était co-présidé par le Prof. Dr. Frank Stangenberg Haverkamp et la Sénatrice, Dr. Rasha Kelej, CEO de la Fondation Merck. Au cours du Sommet, la Fondation Merck a également organisé la 2ème édition de sa Formation des Médias sur la Santé pour les représentants des médias tanzaniens en partenariat avec le Conseil des Médias de Tanzanie et le Dar es Salaam City Press Club (DCPC). La formation a été menée pour souligner le rôle important que jouent les médias pour influencer notre société afin de créer un changement culturel dans le but de résoudre un large éventail de problèmes sociaux et de santé tels que : briser la stigmatisation liée à l’infertilité, soutenir l’éducation des filles, l’autonomisation des femmes, mettre fin aux mariage des enfants, mettre fin aux MGF, arrêter la VBG, sensibiliser sur le diabète, etc.

De plus, la CEO de la Fondation Merck a annoncé l’appel à candidatures pour 8 prix importants pour les médias, les musiciens, les créateurs de mode, les cinéastes, les étudiants et les nouveaux talents potentiels.

Continuer la lecture

DERNIERS ARTICLES

FACEBOOK

PUB

NEWS +