Home ÉGYPTE ÉGYPTE – L’État proteste contre les accusations d’atteintes aux droits humains

ÉGYPTE – L’État proteste contre les accusations d’atteintes aux droits humains

0
Le Président de l'Egypte, Abdel Fattah Al Sisi ©UN News

Le gouvernement égyptien a du mal à digérer les accusations de violations des droits humains portées par 31 pays au Conseil des droits de l’Homme de l’Organisation des Nations-Unies (ONU). Ainsi, le Parlement et le Sénat égyptiens ont complètement rejeté ces accusations ce samedi 13 mars 2021. Pour eux, l’Egypte n’a fait qu’appliquer les lois antiterroristes, ce qui justifie la privation des libertés de certains citoyens. En tout cas, de telles accusations portées par ces 31 pays dont la France et les États-Unis constituent une première condamnation internationale depuis 2014.

Le Sénat égyptien est convaincu que les droits des citoyens sont respectés. Les arrestations notées partout dans le pays font suite à une transgression des lois en vigueur sur l’étendue du territoire. « Aucun avocat, journaliste (…) ou militant des droits de l’Homme n’est détenu à moins d’avoir commis un crime justifiant les actions prises contre lui, via un procès ou une enquête juste conduite par (un pouvoir) judiciaire totalement indépendant de l’exécutif », a affirmé le Sénat égyptien dans un communiqué.

L’ONU reproche à l’Égypte d’user des lois antiterroristes pour instaurer un État dictatorial qui bafoue les libertés d’expression et d’opinion. Des lois utilisées comme prétexte pour museler les opposants au régime, les défenseurs des droits et les journalistes. 

À voir aussi  MADAGASCAR : Andry Rajoelina : "Personne ne peut nous empêcher d'aider notre population"

Depuis 2013, l’année de la destitution par l’armée du président Mohamed Morsi appartenant à la mouvance islamique,  et l’arrivée au pouvoir à l’année 2014 d’Abdel Fattah al-Sissi, certains citoyens égyptiens sont régulièrement persécutés et d’autres sont mis en prison pour avoir exprimé leur opinion. Selon des ONG, l’Égypte compte plus de 60 000 détenus d’opinion. Le chef de l’Etat de son coté, rejette toute forme d’opposition, islamiste ou libérale. « L’État égyptien a utilisé uniquement des lois antiterroristes contre ceux qui ont commis des crimes terroristes, tels que reconnus universellement », a ajouté le Sénat. »

Les autorités égyptiennes s’offusquent ainsi de ce procès fait à l’Égypte par l’ONU. Elles trouvent que le gouvernement a beaucoup fait en termes en matière de respect de la liberté d’opinion et de sécurité des personnes et de leurs biens. « Les efforts déployés par l’Égypte pour maintenir la sécurité et la stabilité non seulement à l’intérieur (du pays) mais aussi dans la région (…) et pour améliorer le niveau de vie des citoyens égyptiens. » ont-elles déclaré.

       

Laisser un commentaire