Home BANQUE COMORES : Le financement islamique accessible dès le mois de mars 2021

COMORES : Le financement islamique accessible dès le mois de mars 2021

0

La Banque Centrale de Comores (BCC) lance à partir du mois de mars 2021 un nouveau mécanisme de financements islamiques dont le client peut bénéficier sur la base d’un projet et d’un accès à un crédit à la banque. Le projet qui semble être en adéquation avec les besoins de financement du moment a été présenté aux chefs de banques et aux institutions financières ainsi qu’aux représentants de l’université de Comores lors d’un atelier animé par des experts internationaux dépêchés par la Banque Islamique.

Ce nouveau mécanisme qui consiste pour la BBC à accompagner le client dans la réalisation de son projet est appelé finances islamiques. Selon Younoussa Ben Imani, le gouverneur de la BBC qui a convié la presse le jeudi 14 janvier 2021, ce nouveau projet va permettre de « faciliter pour nombre de citoyens l’accès à un financement à la banque » car, poursuit-il, « les financements islamiques différent des banques classiques. C’est la raison pour laquelle nous avons fait appel à des experts internationaux pour voir les voies et moyens de mettre en place ce nouveau dispositif. »

À voir aussi  CAMEROUN : La commission en visite à Eseka.

Dans ce nouveau système, la banque et le client vont être des partenaires,  le client présente un projet solide et la banque assure le financement. Les bénéfices obtenus seront partagés entre le client et l’institution financière, de la même manière qu’en cas de perte, aucun remboursement n’est attendu du client. C’est pourquoi, le gouverneur de la BBC précise que grâce à ces finances islamiques « le client ne fera pas de crédit mais sera financé sur la base d’un projet. La banque ne donne pas l’argent mais accompagne le projet. Le client et la banque vont alors partager les bénéfices et les pertes.« 

Ce mode de financement que l’on retrouve dans la plupart des pays musulmans est en conformité avec la législation islamique appelée Charia. Il permet d’éviter à tout prix l’usure considérée comme dangereuse dans la religion musulmane. Cependant, le patron de la BBC a tenu à rappeler que « les actionnaires et les bénéficiaires ne sont pas obligatoirement des musulmans. C’est seulement le système  de financement qui reste islamique.« 

       

Laisser un commentaire