Home A LA UNE BONNE GOUVERNANCE : Le Sénégal devance la France et les Etats-Unis

BONNE GOUVERNANCE : Le Sénégal devance la France et les Etats-Unis

0
Morning comes to the State Capital grounds at Bismarck, North Dakota

Le garde des Sceaux senegalais, Me Malick Sall, a affirmé que le Sénégal n’a aucune leçon à recevoir des grandes nations en termes de bonne gouvernance, de démocratie ou de respect des droits de l’homme. Des propos qu’il a tenus le 14 décembre 2020 en marge de la 22ème réunion du comité ministériel du Groupe Intergouvernemental d’Action contre le Blanchiment d’Argent en Afrique de l’Ouest (GIABA).

Le Groupe Intergouvernemental d’Action Contre le Blanchiment d’Argent en Afrique de l’Ouest (GIABA) est une Institution Spécialisée de la CEDEAO qui promeut des politiques afin de protéger le système financier des Etats membres contre le blanchiment de capitaux, le financement du terrorisme, et le financement de la prolifération des armes de destruction massive.

Le ministre de la justice, Me Malick Sall, est convaincu que le Sénégal est un exemple à présenter au monde entier dans le cadre de la gouvernance vertueuse et du respect des principes démocratiques.

« La bonne gouvernance est saluée à la commission des Nations Unies. Ce jour, les résultats  du Sénégal, lors des élections, ont été les meilleurs. Nous avions pris la première place dans la bonne gouvernance, devant la France, les Etats Unis et tous les pays Africains, avec une moyenne de 188 votants sur 190. Si ce forum a donné cette note, c’est parce qu’au Sénégal, on pratique la bonne gouvernance« , a-t-il déclaré.

À voir aussi  SENEGAL : Dakar a un nouveau maire : Soham Wardini.

Pour le ministre, le Sénégal est « gouverné dans la transparence même si aucun système n’est parfait. » Une déclaration que l’opposition ne pourrait pas entendre car le Président de la République est présenté comme un dictateur. Il a eu à emprisonner Karim Wade, le fils de l’ancien président Abdoulaye Wade, pour enrichissement illicite, et l’ancien maire de la ville de Dakar, Khalifa Sall pour mauvaise gestion de la caisse d’avance. Des emprisonnements que l’opposition considère comme une manière d’éliminer des candidats sérieux à sa succession.

       

Laisser un commentaire