Home SÉNÉGAL SÉNÉGAL – Karim Wade et Khalifa Sall éjectés aux prochaines élections

SÉNÉGAL – Karim Wade et Khalifa Sall éjectés aux prochaines élections

0
Khalifa Sall et Karim Wade

Karim Wade et Khalifa Sall ne vont pas pouvoir se présenter aux prochaines élections locales. Pour cause, le projet de loi portant Code électoral modifié élimine d’office les deux hommes politiques. Le maintien des articles L31 et L32 ne joue pas à leur faveur puisque, selon le nouveau document étudié de fond en comble par le quotidien Source A,  les personnes condamnées à une peine d’emprisonnement allant d’un an à cinq n’ont juridiquement pas la possibilité de s’inscrire sur les listes électorales. Par conséquent, elles perdent leur éligibilité.

L’ancien maire de Dakar, Khalifa Sall, et Karim Wade, le fils de l’ex-chef d’État Abdoulaye Wade, n’auront pas la chance de prendre part aux prochaines élections locales prévues au mois de janvier 2022. Le nouveau projet de loi portant code électoral modifié qui sera présenté aux députés ce jeudi 8 juillet 2022 n’a pas supprimé les articles L31 et L32 comme souhaité par les acteurs du Dialogue politique et les experts en charge de l’audit du fichier électoral. Les articles en question privent du droit de vote, de manière générale, automatique et indifférenciée toute personne condamnée. « Les personnes condamnées pour crime, celles condamnées à une peine d’emprisonnement sans sursis pour les délits de vol, escroquerie, abus de confiance, trafic de stupéfiants, détournement et soustraction commis par des agents publics, corruption et trafic d’influence, contrefaçon et en général pour l’un des délits passibles d’une peine supérieure à 5 ans de prison ne doivent pas être inscrits sur la liste électorale.« , peut-on lire dans les articles précités.

À voir aussi  SÉNÉGAL - "Idriss Déby meurt en faisant front" par Pathé Mbodj

En plus, dans la parution du journal Source A ce jeudi 8 juillet, le désir des experts en matière électorale, qui consiste à voir les élections organisées par une entité indépendante, ne sera pas satisfait. En effet, le Ministère de l’Intérieur va garder ses prérogatives. 

A noter que le parrainage est maintenu aux différentes élections, sauf au scrutin communal et départemental où il est seulement imposé aux entités regroupant des candidats indépendants.

       

Laisser un commentaire