Home AMÉRIQUE CANADA : L’Agence des services frontaliers reprend les expulsions de personnes en...

CANADA : L’Agence des services frontaliers reprend les expulsions de personnes en situation irrégulière

0

Le Canada a repris, depuis le 30 novembre 2020, les expulsions de personnes en situation irrégulière. Les demandeurs d’asile qui n’ont pas encore obtenu le statut de réfugiés seront renvoyés dans leur pays. Une mesure dénoncée par des associations de défense des migrants.

Le Canada a repris les expulsions de sans papiers de son territoire. Une décision suspendue depuis le 17 mars 2020. « À compter du 30 novembre 2020, l’Agence reprendra les opérations de renvoi pour tous les ressortissants étrangers interdits de territoire au Canada », informe un communiqué de l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC). La plupart de ces mesures de renvoi concerne les personnes interdites de territoire pour motifs graves ou celles qui voudraient volontairement partir. Cependant quatorze États, comme l’Irak, la Libye, Haïti, le Mali, la Centrafrique, le Soudan du Sud, le Burundi ou la République démocratique du Congo, ne sont pas visés par ces renvois. Ces pays bénéficient d’un « sursis administratif aux renvois » en raison de la situation sur place.

Toutefois, la reprise des expulsions ne fait pas l’unanimité. « C’est totalement criminel. On devrait attendre que la situation de la pandémie s’améliore globalement. Si vous regardez les pays où les gens vont être expulsés, quel est le niveau de risque justement s’ils retournent là-bas ? », dénonce Frantz André, le porte-parole du Comité d’action pour les personnes sans statut.

À voir aussi  ETATS-UNIS : Les partisans de Trump envahissent le Capitole, la victoire de Joe Biden confirmée

Guillaume Cliche-Rivard, président de l’Association québécoise des avocats et avocates en droit de l’immigration (AQAADI) est tout aussi déçu. « Ça veut dire que les gens qui étaient en attente et dans l’espoir de régulariser leur statut, certains avec le programme qui vise les anges gardiens, pourront être renvoyés avant », a-t-il déclaré avant d’ajouter : « Ces gens jouent pourtant un rôle important dans tous les secteurs de notre société. Ça comprend les personnes comme les agents de sécurité qui font le guet dans les établissements de santé ou ceux qui nettoient dans les CHSLD, qui ne sont visées par aucun programme (de régularisation), mais qu’on ne peut pas se permettre de perdre. »

Face aux vives protestations de certaines organisations de défense des réfugiés et immigrants, le ministère canadien de l’Immigration a précisé, le mardi 1er décembre 2020, que les personnes admissibles au programme de régularisation des demandeurs d’asile, encore appelées « ange gardien », ne sont pas concernées.

La reprise des expulsions inquiète également de nombreux opérateurs économiques et des organisations canadiennes, en raison d’une possible pénurie de main-d’œuvre dans certaines activités.

       

Laisser un commentaire