Home PORTRAIT SENEGAL : Thierno Souleymane Agne, « monsieur » fraise, lauréat du prix AgriHack 2017....

SENEGAL : Thierno Souleymane Agne, « monsieur » fraise, lauréat du prix AgriHack 2017. Par Dior Guèye.

0
Thierno Souleymane Agne.

Né en 1989 à Tambacounda à l’est du Sénégal, Thierno Souleymane Agne est issu d’une famille dont l’aïeul fut un grand entrepreneur agricole. Depuis sa tendre enfance, il a toujours nourrit l’envie de faire carrière dans ce secteur.

Après son baccalauréat en 2009 et un court passage en Faculté des sciences juridiques et politiques (Fsjp) de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Souleymane Agne a donc décidé de suivre une formation professionnelle en horticulture. Une formation qui marquera d’ailleurs ses premiers pas dans le secteur agricole.Ensemble avec trois de ses camarades de classe, ils montent un projet dénommé « NAATANGUE » sous la bannière de « BIO-AGRIPÔLES », sa star-up agrobiologique.

Après seulement deux années d’expérience, l’entreprise produit près de 500 kg de fraises. Ce chiffre devrait décupler dans les années à venir. « BIO-AGRIPÔLES » emploie à ce jour une dizaine de jeunes dans ses plantations. A en croire Souleymane Agne, l’entreprise accueille également de nombreux étudiants en agronomie qui viennent mettre en pratique les enseignements acquis en Institut.

Le « monsieur » fraises sucrées est lauréat de plusieurs prix notamment : le grand prix AgriHack 2017, le prix Great Entrepreneur, le prix promesse Sénégal, le prix Business Startup…etc

À voir aussi  SENEGAL : Siga Ndiaye, passionnée d'entrepreneuriat social. Par Dior Guèye.

La culture de fraise n’est qu’en gestation au Sénégal, mais Souleymane Agne, technicien horticole arrive à changer les perceptions que les sénégalais ont de cette culture. Il vient en effet de lancer une variété particulière de fraises : « fraise sucrée ». Son plus grand défi: concurrencer les fraises importées.

Chaque semaine, c’est près de 500 kg de fraises qui sont produites dans ce champ situé à une quarantaine de km de Dakar, la capitale. L’objectif à terme de ce jeune agripreneur étant de multiplier par 10 la production actuelle.

« Le défi, c’était non seulement produire de la fraise, mais des fraises sucrées, et au-delà de la production. C’était aussi de montrer que c’est possible de les commercialiser ici au Sénégal, donc de concurrencer les fraises importées » , a-t-il indiqué dans un reportage d’AgribusinessTv.

L’objectif de cette entreprise est aussi de couvrir les besoins en fraises dans les prochaines années dans toute l’Afrique. En attendant, Souleymane expérimente la culture des fraises hors-sol.