Home PORTRAIT SÉNÉGAL – CHEICK ANTA DIOP : Une boule de feu savant dans...

SÉNÉGAL – CHEICK ANTA DIOP : Une boule de feu savant dans le ciel africain

0

Cela fait des jours que je me demande de quel côté, je vais pouvoir m’attaquer à ce monstre. Et jusqu’à ce soir, je n’ai pas été fichu de m’exécuter. Mais, il le faut bien. Ma carrière de chroniqueur à deux balles en dépend. Je vais donc me jeter sur ce monstre hasard, à l’aveuglette et il plaira au public de me dire, si j’ai pu le saisir par le meilleur des bouts.

Soyez sans crainte ! Le monstre auquel je veux m’attaquer n’a rien d’un fauve mythologique tout droit sorti de Poudlard, de l’univers de Harry Potter. Il s’agit d’un des penseurs africains les plus contesté de la fin du vingtième siècle : c’est l’auteur de « Nations nègres et culture », de « Antériorité des civilisations nègres », de « Parenté génétique de l’égyptien pharaonique et des langues négro-africaines… Vous l’aurez deviné, je veux parler de Cheikh Anta Diop, cet égyptologue de rare culture préoccupée à rechercher des traces de mélanine sous les bandeaux des momies égyptiennes. Toute sa vie, cette obsession l’a hanté.

Cheikh Anta Diop est un penseur sénégalais d’ampleur planétaire qui s’est lancé pour défi de remettre les pendules de l’histoire à l’heure. Le point culminant de sa théorie pourrait se résumer en ces mots : « les premiers habitants de la vallée du Nil, nos ancêtres, étaient tous des blacks. Tout ce que les blancs nous racontent, ce sont des bobards, du pipeau, de la couille de loup. L’image des Égyptiens qu’ils ont dressée n’avait qu’une finalité : mieux nous entuber les gars, avec la complicité des mectons comme Senghor. J’ai un peu forcé sur le registre familier. En tout cas, on ne saurait être plus clair. Cheikh Anta Diop a apporté un dialogue des cultures dans le monde avec de nouvelles observations piquantes : les origines noires des Égyptiens. Il est l’un des esprits les plus curieux et singuliers de notre temps. Il y a un certain héroïsme, un certain donquichottisme, à ramer à contre-courant du fleuve de la vie avec ses maelstroms vertigineux. Alors qu’il pouvait la fermer et marcher dans les sillons creusés par ses prédécesseurs, il a déployé une rare énergie à réarranger les ordres de pensées qui ont prévalu jusque-là. Cette boule de feu, aux grondements soniques, a jeté des éclats de doute sur des certitudes admises. Les échos de ses déclarations sonores continuent de retentir aujourd’hui encore dans la communauté scientifique.

À voir aussi  SENEGAL : AmiNaty Mb Faal, une journaliste socialement engagée. Par Dior Guèye.

Des idées controversées
« Le pharaon était noir ! » Un coup de tonnerre qui fait dresser les poils des cheveux sur la tête. Frayeurs et stupeurs dans le monde scientifique. Si cela avait été lancé par un de ces illuminés New Age qui distribuent la bonne nouvelle comme des kalachnikovs en temps de guerre, personne n’y verrait quelque intérêt. Mais, elle vient d’un universitaire, d’un des leur : Cheikh Anta Diop. Ces idées nouvelles et iconoclastes mettent la communauté scientifique en émoi. Un nouveau débat s’engage. D’un côté, précisément en Afrique, on l’encense, on lui jette des fleurs au nez, on salue la naissance d’un nouvel érudit africain ; le nouveau porte-flambeau du panafricanisme. De l’autre côté, ses pairs le clouent au piloris : ils crient à l’imposture d’une imagination déréglée. Ils se désolent de cet attentat à la pensée scientifique, rigoureuse. Un coup de poignard, en somme

@Page Facebook Cheikh Anta Diop

Diop-Senghor, une opposition crypto-personnelle
En dépit des nombreux points de convergences qu’ils avaient pourtant ensemble, en commun, ces deux hommes avaient l’un pour l’autre une étrange et profonde rancœur. On aurait dit des frères consanguins qui se disputent un héritage paternel. Ils ne pouvaient pas se sentir. Sortis des universités françaises, universitaires et hommes politiques de leur pays, ces deux hommes se vouaient une haine viscérale. Ils ont passé leur vie à se combattre mutuellement. Alors que Diop accuse Senghor de détruire la vraie culture africaine, ce dernier lui ferme les portes de l’université et recrute des chercheurs au sein même du parti politique de Diop. Ainsi, il prépare le terrain de son éclatement. Senghor est un chantre de la francophonie ; Diop un afrocentriste. L’un et l’autre ne peuvent, par définition, s’entendre. L’espoir d’une collaboration entre ces deux hommes n’aurait été que pure utopie.

       

Laisser un commentaire