Home CULTURE CAMEROUN : A coeur ouvert avec BJL : son parcours et son...

CAMEROUN : A coeur ouvert avec BJL : son parcours et son nouveau livre-photo.

0
SHARE

BJL,  l’auteur de “A mouf dé ! on se calme”, est un parisien hors pair, créateur afrocentré, photographe et artiste musicien, il vit à paname depuis 34 ans. Libre dans ses idées et dans ses bottes, Bjl ne dépend d’aucun État ou institution même s’il est né au Cameroun, un pays béni des dieux comme il le déclare, mais malheureusement confisqué par les partisans de Isefet alias le diable selon lui.

BJL se considère comme le fils cosmique du plus grand savant du 20ème siècle, le professeur Cheikh Anta Diop. Il ressent toutes ses actions voire ses travaux comme une mission divine, qu’aucun autre être sur cette planète terre n’aurait pu remplir, excepté lui, son maître penseur, son guide, son génie tutélaire.

En 1993, BJL a sorti un single et un vynil “Tout c’qu’on vous dit “Aya” produit par Marilu music (Ed ; Kool & the gang, François Feldman…) et les éditions François 1er du groupe Lagardère. Un single qui a beaucoup fonctionné dans les clubs et les radios périphériques à l’époque, malheureusement les producteurs bien qu’ayant dépensé une fortune pour la production, non pas été assez efficaces pour imposer ce titre.

C’est en 2000, que BJL décide de devenir photographe. Quelques années plus tard en 2005, il commence son premier projet photographique intitulé “Black Concept Definition“ plus de 120 photos des Noirs et des Métis de Paris et ses banlieues, exposées au musée du montparnasse sous la présidence de Jean Digne. Il travaille actuellement sur une 3ème exposition qui aura lieu avant la fin de l’année 2017.

Un prochain ouvrage plutôt biographique paraîtra bientôt. BJL y retrace son parcours, sa philosophie, ses goûts, ses hantises, ses recommandations, ses frustrations, un livre très attendu toujours dans le sens de la Maât (Vérité-Justice), son sujet de prédilection.

Le 17 décembre 2016 dernier, “Capture d’Images la Basse-Terre en Guadeloupe”  sa 2ème exposition-photo s’est tenue à l’espace Saint Martin, dans le haut marais à Paris. Il nous parle de ce travail exceptionnel qui a été soldé par la parution d’un beau-livre du même titre dans cet interview .

Vous venez de publier votre deuxième livre “Capture d’images la basse-terre en Guadeloupe”, de quoi il s’agit ?

Il s’agit d’un livre de photos sur la Guadeloupe et plus précisément sur la région Basse-Terre. Plus de 150 photos sur les paysages, l’architecture, les lieux de mémoires, les cases créoles, etc. La sortie officielle a eu lieu le 17 décembre 2016 lors de OSE ONE SHOT EXPO, à l’espace Saint Martin à Paris. Le livre est disponible dans toutes les plates formes sur internet (Amazon, fnac.com delitre, ..) mais aussi dans les librairies spécialisées (librairie du voyageur…). Nous étions en dédicace au salon du livre à la porte de Versailles, en mars 2017

Pourquoi la photographie pour nous faire découvrire cette région ?

Parce que j’ai eu un coup de coeur immédiat, un choc esthétique, quand je suis allé en Guadeloupe en 2010. Voir la mer et le ciel en parfaite concordance, et à côté les mornes, la forêt tropicale et les belles cases créoles, m’a tout simplement séduit. J’étais sous le charme, complètement émerveillé par le cadre. Je me suis mis à faire des photos sans même me rendre compte de la suite. Il fallait absolument que j’immortalise ce que je voyais car je ne m’étais jamais imaginé que la nature peut être si belle, un mini paradis sur terre quoi.

Parlez-nous du projet, comment il a vu le jour ?

C’était en 2010. Je suis parti en Guadeloupe en vacances pour me reposer, pour connaître cette île. Sans aucune arrière pensée pour faire des clichés. Vraiment aucune. Quand j’ai vu la région Basse-Terre, alors là, c’était hallucinant. J’ai vu la merveille. Le beau, le vrai, le juste. C’est un endroit vraiment particulier et désormais cher à mon coeur. Comme je l’ai dit plus haut, j’ai donc commencé à faire des photos et c’est comme ça qu’a commencé le projet.

Une exposition a précédé et accompagné la sortie du livre, pourquoi une exposition ?

Une exposition comme support pour sensibiliser le public sur la Guadeloupe et plus précisément sur cette belle région qu’est la Basse-Terre. Une invitation à découvrir et à contempler. Après l’excellent “Black Concept definition” en 2005, il fallait frapper fort pour se rapprocher de cet événement exceptionnel, nous avons réussi notre coup. Nos projets servent à toucher localement les gens, à les interpeller, à les guider, à les faire entrer dans notre univers, qui a pour but de valoriser tout ce qui concerne notre peuple, le peuple d’origine. C’est notre  leitmotiv.

Quel est le message que vous avez voulu faire passer à travers ce beau livre ?

Ce beau livre est une façon simple de rendre à la Guadeloupe ce qu’elle m’a inspiré. Je suis un Guadeloupéen par substitution historique.  Je suis en général très attiré par les beaux arts. Quand je suis dans une librairie, ou à la Fnac, la première des choses que je fais, c’est de me diriger vers le rayon des “Beaux Arts”. S’il y a vraiment un message que je voudrais faire passer, c’est de dire aux gens de voyager dans la mesure du possible. Quelqu’un disait que “Voyager ouvre l’esprit”, et si vous en avez l’occasion, n’hésitez surtout pas d’aller découvrir la Basse-Terre, la merveilleuse région de la Guadeloupe.

Enfin, je vous remercie pour tout ce que vous faites pour l’éveil du peuple Noir. Continuez. Que nos Ancêtres, ceux qui ont fondé notre tradition depuis l’origine première, guident vos pas.

 

SHARE