Home MALI MALI – Le président et le premier ministre du gouvernement de transition...

MALI – Le président et le premier ministre du gouvernement de transition toujours entre les mains des militaires

0
@DW

La situation est devenue incontrôlable au Mali. Après avoir fomenté un coup d’État le 18 août 2020 et contraint le président d’alors, Ibrahim Boubacar Keita, à démissionner, les militaires maliens ont cette fois-ci détenu le président Bah Ndaw et le Premier ministre Moctar Ouane, choisis ce lundi 24 mai 2021 pour assurer la transition. La mission des Nations unies au Mali, la Communauté des Etats ouest-africains (Cedeao), l’Union africaine, la France, les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne et l’Union européenne ont condamné cette arrestation abusive des dirigeants civils et exigent leur libération immédiate et sans condition.

Les militaires se sont encore illustrés au Mali en arrêtant, ce lundi 24 mai 2021, le président et le premier ministre choisis neuf mois après le coup d’État ayant conduit à la démission du président Ibrahim Boubacar Keita. La communauté internationale est montée au créneau pour fustiger une telle attitude des putschistes. Elle a condamné « fermement la tentative de coup de force » et « exige la libération immédiate et inconditionnelle » du président Bah Ndaw et du Premier ministre Moctar Ouane, deux dirigeants civils cueillis chez eux et conduits sous la contrainte au camp militaire de Kati, à quelques kilomètres de Bamako. D’ailleurs, c’est à cet endroit précis que le chef d’État Ibrahim Boubacar Keita a été conduit après le coup d’État du 18 août 2020. Il a annoncé sa démission devant les colonels avec à leur tête Assimi Goïta, actuel vice-président de la transition. 

À voir aussi  SENEGAL : Abdoul Mbaye : la relaxe pure et simple.

Dans un bref entretien téléphonique avec le premier ministre Moctar Ouane, l’APF a confirmé l’information sur son arrestation. « Je confirme : des hommes de Goïta sont venus me chercher pour me conduire chez le président qui habite non loin de ma résidence », a confié Moctar Ouane. 

Antonio Guterres, actuel secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies (ONU) a exigé la libération immédiate de ces dirigeants appréhendés de force par l’armée malienne. D’ailleurs, une réunion du Conseil de Sécurité devrait bientôt se tenir pour statuer sur la situation.

A rappeler que ces dirigeants civils ont été arrêtés quelques heures seulement après l’annonce de la formation d’un gouvernement de transition. Un gouvernement certes dominé par des  militaires mais dans lequel ne figurent pas les officiers des putschistes dirigés par le colonel Assimi Goïta et qui ont pris le pouvoir en août 2020.

       

Laisser un commentaire