Home MOYEN ET PROCHE ORIENT TURQUIE : Le Président Recep Tayyip Erdogan veut normaliser ses relations avec...

TURQUIE : Le Président Recep Tayyip Erdogan veut normaliser ses relations avec l’Union européenne

0
Président Recep Tayyip Erdogan

Le Président de la Turquie, Recep Tayyip Erdogan, souhaite apaiser les tensions entre son pays et l’Union européenne. Son projet de faire partie de l’UE est toujours d’actualité surtout après le retrait du Royaume Uni.

Le chef de l’Etat turc veut démarrer l’année 2021 sous de bons auspices en réglant les différends entre la Turquie et l’Union européenne. « Nous sommes prêts à remettre nos relations sur les rails », a déclaré Recep Tayyip Erdogan. Une déclaration faite au lendemain de l’annonce de la reprise, le 25 janvier à Istanbul, des discussions exploratoires entre la Turquie et la Grèce en vue de régler leur dispute au sujet de l’exploration d’hydrocarbures en Méditerranée orientale.

Le processus d’adhésion de la Turquie à l’UE, entamé en 2005, est au point mort depuis plusieurs années, mais la Turquie ambitionne toujours de faire partie du bloc. Le départ du Royaume-Uni pourrait bien jouer en faveur d’Ankara. L’incertitude créée par le Brexit pourrait être surmontée, selon Erdogan, si la Turquie prend la place qu’elle mérite au sein de la famille de l’UE.

À voir aussi  ACCORD DE PARIS : Donald Trump retire les Etats-Unis.

Le secrétaire d’Etat français aux Affaires européennes, Clément Beaune, a estimé que la fermeté de l’UE à l’égard de la Turquie porte des fruits. « Nous enregistrons des signaux et des déclarations de la Turquie. Nous en acceptons l’augure. Voyons s’ils se concrétisent », a-t-il déclaré.

Le Président turc veut également enterrer la hache de guerre avec la France. « Nous voulons sauver nos relations avec la France, qui est notre voisin car c’est un pays riverain de la Méditerranée, de cette phase de tensions », a assuré Erdogan. 

Les tensions entre les deux pays ont été exacerbées en octobre lorsque M. Erdogan a mis en cause la « santé mentale » du Président Emmanuel Macron en riposte à son discours contre le « séparatisme » islamiste en France et pour avoir défendu le droit de caricaturer le prophète Mohamed. Il avait notamment accusé le Président français de mener une « campagne de haine » contre l’islam.

       

Laisser un commentaire