Home AFRIQUE AFRIQUE – Kémi Séba fustige ce qu’il appelle la “ persécution des...

AFRIQUE – Kémi Séba fustige ce qu’il appelle la “ persécution des opposants”

0
Kémi Séba

Alors que le champs politique est en effervescence sur le continent africain précisément au Sénégal où l’opposant N°1 du président Macky Sall, Ousmane Sonko, le leader du Pastef est accusé de viol par Adj Sarr, une masseuse de 21ans, l’activiste panafricains Kémi Séba dénonce la “persécution des opposants” et “d’injustuce politique”.

« Au Sénégal, Ousmane vit aujourd’hui une injustice politique, je précise et je répète, une injustice politique. Comme l’a dit Abdoulaye Wade avec qui j’ai eu de nombreux désaccords mais qui a le mérite, en vieillissant de devenir de plus en plus sage, reconnaissons le, Ousmane Sonko a fait preuve de naïveté parce qu’un homme politique institutionnel autant combattu par le pouvoir en place ne peut pas se permettre de chercher à se faire masser le soir en dehors de son domicile sans témoin. Il laisse la porte ouverte à toute invention et manipulation de commanditaires qui n’ont qu’une seule obsession, l’effacer de la scène politique sénégalaise. Cette répression qui nous rappelle les ères et les heures les plus sombres de l’histoire en ce qui concerne l’élimination des opposants doit nous pousser à nous questionner sur « qui sont nos plus grands ennemis? » Bien-sûr que Macky Sall travaille sous les ordres des intérêts français, nous le savons tous et toutes, et ce n’est d’ailleurs pas un hasard si les personnes en réaction à la répression que connaîtS Ousmane Sonko ont décidé de s’attaquer aux industries telles que TOTAL, Orange etc.  Ce n’est pas un hasard, ils savent très bien pourquoi ils l’ont fait, parce que en attaquant Ousmane Sonko, c’est la souveraineté sénégalais qu’on attaque comme lorsqu’on m’attaque un peu partout en Afrique francophone. Quand les dirigeants m’attaquent, c’est parce qu’ils répondent aux ordres émanant notre cher et tendre Emmanuel Macron. Mais, si Emmanuel Macron donne les ordres, l’africain qui est à la tête de nos états, a la responsabilité et a le devoir du choix, spit servir les intérêts de son peuple, comme l’a fait Thomas Isidore Sankara, ou comme l’a fait même si on peut toujours en discuter Mouammar El Kadhafi, ou de l’autre côté servir les intérêts étrangers et accepter aussi in fine d’en payer le prix. En s’attaquant à Ousmane Sonko comme ils le font au Sénégal, en s’attaquant à Boby Wine ils l’ont fait en Ouganda, en s’attaquant en ma personne comme ça se passe un peu partout en Afrique francophone, les autorités africaines nous montrent qu’elles ont le pouvoir de réprimer leurs semblables mais qu’elles ont par contre la facilité à se mettre à quatre pattes lorsqu’il s’agit de recevoir les ordres par tous les orifices nécessaires émanant de l’oligarchie occidentale et plus précisément de l’oligarchie française.« 

       

Laisser un commentaire