Home CENTRAFRIQUE CENTRAFRIQUE : Début des campagnes présidentielle et législatives

CENTRAFRIQUE : Début des campagnes présidentielle et législatives

0

Les campagnes présidentielle et législative sont officiellement lancées en Centrafrique le samedi 12 décembre 2020. Dans un pays fortement ravagé par la guerre civile pendant plus de sept ans, cette élection sera sous haute surveillance avec la présence dans la pays de 11.500 casques bleus envoyés par l’ONU pour assurer la sécurité et le bon déroulement du vote. Le président sortant, Faustin Archange Touadéra,  semble bien placé pour briguer un second mandat.

Les observateurs et les politologues sont convaincus que le président sortant, Faustin Archange Touadéra, restera à la tête du pays au terme des élections présidentielles et législatives dont le premier tour est prévu le dimanche 27 décembre 2020. Parmi les 16 autres candidats en lice pour la magistrature suprême, figurent deux anciens premiers ministres : Anicet-Georges Dologuélé et Martin Ziguélé.

Le samedi 12 décembre 2020, le président sortant Faustin Archange Touadéra, très confiant, a lancé sa campagne sur un terrain de football du nord de la capitale devant des milliers de partisans vêtus de bleu et de blanc, les couleurs du parti Mouvement Coeurs Unis (MCU). Ils scandaient sans cesse « Premier Tour K.O« , le slogan de sa campagne.

À voir aussi  MALI : Emmanuel Macron réaffirme l'engagement militaire de la France dans le pays.

Cet espoir d’être reconduit à la tête du pays est alimenté par un facteur clé : l’invalidation de la candidature de son seul vrai rival, l’ex-président François Bozizé, poursuivi dans son pays pour « assassinats » et « tortures ». L’ONU lui reproche également d’avoir soutenu depuis son exil la contre insurrection de milices dites « anti-balaka ». D’ailleurs, la chute de cet ancien président en 2013 a plongé le pays dans une instabilité constante qui a occasionné des milliers de morts et plusieurs réfugiés.

Depuis 2013 donc, des affrontements d’une violence indescriptible ont opposé des groupes armés à dominante musulmane appelée la Séléka, tombeurs du président François Bozizé et les milices anti-balaka, majoritairement chrétiennes et animistes. Par ailleurs, l’ONU a accusé en 2015 les deux camps de crimes de guerre et contre l’Humanité.

Toutefois, un accord de paix a été trouvé depuis le mois de février 2019 entre les 14 groupes armés et le gouvernement. Cependant les milices ex-Séléka, ex-anti-balaka se permettent de le violer parfois en s’en prenant aux civils.

Le jour du scrutin présidentiel, 1,8 millions d’électeurs seront donc appelés aux urnes pour élire un président et 140 députés. Le second tour devrait se tenir le 14 février 2021.

       

Laisser un commentaire