Home POLITIQUE CÔTE D’IVOIRE : Guillaume Soro condamné à 20 ans de prison ferme.

CÔTE D’IVOIRE : Guillaume Soro condamné à 20 ans de prison ferme.

0
Guillaume Soro - Credit photo : Sa page facebook.

C’est un coup retentissant ! Guillaume Soro, ex-allié du président Alassane Ouatarra, a été condamné à 20 ans de prison ferme avec une obligation de payer une amende de 4,5 milliards de FCFA. Il est également privé de ses droits civiques pendant cinq ans. Il a été jugé pour « recel de détournement de deniers publics » et « blanchiment de capitaux » par le tribunal correctionnel d’Abidjan, la capitale ivoirienne ce mardi 28 avril 2020.

L’ancien chef de la rébellion ivoirienne Guillaume Soro qui s’est déjà déclaré candidat à la présidentielle d’octobre 2020, a reçu sa sentence, il est condamné à vingt ans de prison au terme d’une audience qui a été boycotté par ses avocats.

L’Etat ivoirien lui reproche l’achat en 2007 de sa maison dans le quartier résidentiel de Marcory alors qu’il occupait le poste de premier ministre. Une maison luxueuse qui avait coûté plus d’1,5 milliards FCFA. Selon l’accusation, cette résidence acquise grâce à l’agence immobilière, la SCI Ebure, a été achetée par des fonds du trésor public ivoirien.

Sélectionné pour vous :  ANGOLA : Luanda dit non aux Observateurs de l’Union Européenne.

Guillaume Soro qui vit actuellement en France, a un mandat d’arrêt sur son dos qui a été émis à son encontre. L’ancien président de l’Assemblée nationale est mis à l’étroit car ce mandat d’arrêt lui empêche de se présenter à la présidentielle du mois d’octobre sauf appel fructueux.

Selon l’ancien premier ministre : « C’est une sentence qui ne nous émeut absolument pas. La parodie de procès à laquelle nous avons assisté ce jour est la preuve ultime que l’État de droit est définitivement enterré par Alassane Ouattara ». Il a également précisé qu’il maintenait sa candidature à la présidentielle : «Je reste candidat à la présidentielle et je gagnerai» a-t-il précisé.

Le collectif d’avocat de Guillaume Soro, de son côté part en bataille rangée pour défendre leur client. Il menace d’engager des procédures internationales contre la tenue de cette audience dont le verdict a lourdement condamné leur protégé. Pourtant, le 22 avril, la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, avait déjà ordonnait à l’Etat ivoirien de suspendre le mandat d’arrêt contre Guillaume Soro et de libérer ses proches, au nombre de 19, détenus depuis quatre mois.

Sélectionné pour vous :  ALGÉRIE : Les peines confirmées par la Cour d’Alger: Ouyahia et Sellal condamnés respectivement à 15 et 12 ans de prison ferme.