Home PÊCHE GABON : Un accord avec l’UE dans le domaine de la pêche

GABON : Un accord avec l’UE dans le domaine de la pêche

0

Les autorités ganonaises a l’intention de bien profiter de ses ressources halieutiques pour relancer son économie dans ce contexte de crise sanitaire. Au terme de huit mois d’intenses négociations, le ministre gabonais de l’Agriculture de l’Elevage, de la Pêche et de l’Alimentation, Biendi Maganga Moussavou, et l’ambassadrice de l’UE au Gabon Rosario Bento Pais, ont signé un protocole d’accord de 6 ans d’une valeur de 17 milliards de FCFA le mercredi 10 février 2021 à Libreville. Un accord qui permettra de protéger l’environnement marin, de promouvoir la pêche et la transformation dans ce pays doté de 885 km de côtes.

L’Accord de Partenariat de Pêche Durable (APPD) entre le Gabon et l’UE marque le début d’un long processus visant à préserver les ressources halieutiques du pays. Ainsi, les industries de transformation locale vont connaître un essor considérable avec le développement de la transformation des produits tels que le thon. La pêche pourra aussi devenir un secteur clé de l’économie gabonaise fragilisée par la pandémie actuelle.

Le ministre gabonais, Biendi Maganga Moussavou, au terme de cet accord trouvé avec l’Union Européenne, a affirmé que « la logique du pilier Gabon Bleu c’est de faire en sorte que soit valorisé le potentiel halieutique de notre pays. C’est-à-dire préserver notre écosystème marin, faire en sorte que nous nous inscrivions dans une pêche durable et faire en sorte que les retombées de la pêche soient plus sensibles et plus visibles ici au Gabon, pour l’industrie gabonaise, pour les emplois gabonais, pour la création de richesse au Gabon. »

À voir aussi  AFRIQUE : Le FCFA deviendra bientôt "ECO".

La particularité de cet accord par rapport aux accords antérieurs signés par le gouvernement gabonais dans le domaine de la pêche est le renforcement des capacités scientifiques, la professionnalisation des acteurs, l’observation et la gestion de l’environnement marin et des aires marines protégées, la gestion durable des stocks, la surveillance de la pêche, ainsi que la lutte contre la pêche illicite.

 En plus, dans cet accord de 6 ans, les bateaux espagnols et français peuvent légalement venir pêcher dans les eaux gabonaises mais, pour préserver les intérêts du Gabon, les navires doivent débarquer au port de Libreville et investir afin de créer des emplois ou encore de redonner une vie à la filière industrielle de transformation. La flotte européenne ayant accès aux eaux gabonaises sera composée de 27 thoniers senneurs, de 6 thoniers canneurs et de 4 chalutiers visant les espèces démersales de poissons et crustacés, dans le cadre d’une pêche exploratoire. Les revenus financiers de ce partenariat pourraient dépasser les 30 millions d’euros soit 20 milliards de FCFA sur les six ans.

Le Gabon tient donc une opportunité cruciale de faire la promotion de l’industrialisation de la filière de la pêche et des capacités de transformation des produits halieutiques, ce qui est en conformité avec les objectifs du Plan Stratégique Gabon Emergent 2025 (PSGE 2025) et la politique de partenariat de l’UE.

       

Laisser un commentaire