Home AFRIQUE DE L’OUEST GHANA : Président Akufo-Addo pour «Des élections libres et régulières, une base...

GHANA : Président Akufo-Addo pour «Des élections libres et régulières, une base pour renforcer la cohésion nationale»

0
@nanaakufoaddo.org

Le président de la République, Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, a déclaré que la tenue d’élections libres, équitables et transparentes, dont le résultat est incontestable, constitue une bonne base pour renforcer la cohésion entre les citoyens ghanéens et éviter des conflits inutiles.

S’exprimant lors de la conférence annuelle de l’Association du barreau du Ghana, bien que par des moyens virtuels, le lundi 14 septembre 2020, le président Akufo-Addo a expliqué que de 1992 à ce jour, la conduite des élections dans le pays a considérablement évolué.

Selon le président Akufo-Addo, la multiplicité actuelle des organisations médiatiques et le pouvoir des médias sociaux, l’existence d’urnes transparentes, la nature décentralisée du décompte et de la tabulation, et le mode de vérification des électeurs ont engendré une confiance croissante de la part des citoyens. dans le processus d’élection de leurs dirigeants.

Parallèlement à la compilation d’un nouveau registre des électeurs, avant la tenue des élections de décembre 2020, le président a expliqué que «tous ces processus améliorés ont renforcé la cohésion de la nation. Ils ont également rejeté comme fallacieuses les affirmations exprimées à diverses époques de notre histoire selon lesquelles la gouvernance démocratique engendrerait l’instabilité et les conflits ethniques.

Il a poursuivi: «En fait, certains sont allés jusqu’à affirmer que la démocratie était intrinsèquement étrangère à notre culture et à notre composition sociale. Le succès continu de la 4e République est la réponse la plus efficace à ce point de vue malheureux.

Alors que les conflits électoraux font des ravages dans certains pays africains, le président Akufo-Addo a déclaré que le Ghana avait été épargné de tels incidents, ajoutant que «nous avons le bon sens du peuple ghanéen à remercier pour cela, et nous devons continuer à agir comme des freins et contrepoids. les uns pour les autres.

Néanmoins, le Président a noté que les Ghanéens ne peuvent et ne doivent pas prendre cette chance pour acquise, exhortant tous les candidats, électeurs et citoyens à se conduire «de manière à nous maintenir ensemble en tant que peuple unique, indépendamment de notre ethnie, religion, sexe ou politique. différences et affiliations. Le Projet Ghana ne peut pas se permettre des agitations ethniques et des déclarations sectaires. »

Le Président était convaincu que le défi pressant pour le Ghana était de négocier de manière satisfaisante l’interface entre les élections et la gouvernance démocratique, le renforcement des institutions et le développement, la pauvreté, l’emploi et la croissance économique, l’objectif primordial étant d’enrichir la dignité du Ghanéen.

À voir aussi  SENEGAL-LEGISLATIVES : Défaite des politiciens, victoire du peuple !

«Il existe de nombreux exemples de pays dans le monde où cette période stable de gouvernement constitutionnel et de gestion intelligente de l’économie a conduit à la prospérité générale. Au Ghana, nous pouvons les imiter avec profit, car nous pouvons y arriver, si nous y travaillons », a-t-il ajouté.

Le président Akufo-Addo s’est réjoui du fait que «la classe politique et les parties prenantes se sont mises d’accord sur la nécessité, face à la pandémie, de tenir les élections générales de décembre comme prévu pour soutenir l’évolution de notre ordre constitutionnel et maintenir la culture où l’autorité exécutive et législative n’est exercée dans la 4e République que par des fonctionnaires dûment élus. La démocratie ghanéenne sera la plus forte pour cet engagement partagé. »

Il a rassuré les membres du Barreau que son gouvernement déploie des efforts inlassables pour assurer la paix et la stabilité de la nation, alors que le Ghana entre dans les trois (3) derniers mois de la campagne électorale.

«Le Ghana a acquis à juste titre une réputation de pionnier de la gouvernance démocratique sur le continent, une réputation que je suis déterminé à maintenir et, en fait, à améliorer avant, pendant et après les élections du 7 décembre», a assuré le président.

À cette fin, il a appelé à la coopération et à l’assistance de tous les citoyens, en particulier des membres du Barreau, déclarant que «nous devons tous travailler ensemble pour créer l’environnement qui permettra au peuple ghanéen de prendre sa décision le 7 décembre. dans la liberté, la paix et la sécurité. C’est leur droit. »

En conclusion, le Président a ajouté que «lorsque mon temps sera écoulé, espérons-le, après quatre ans de plus, je veux céder la parole à mon successeur et au peuple souverain du Ghana, un pays qui est plus grand, plus juste, plus fort, plus cohésif, plus prospère et plus solidaire que je ne l’ai rencontrée en 2017. C’est l’engagement solennel dans lequel je me suis engagé. »

Source : nanaakufoaddo.org