Home BANQUE et TOURISME AFRIQUE: ECO, la nouvelle monnaie dans l’espace CEDEAO.

AFRIQUE: ECO, la nouvelle monnaie dans l’espace CEDEAO.

0

La nouvelle configuration monétaire dans l’espace CEDEAO a suscité un débat lors de la 21ème session ordinaire des chefs d’États africains le 12 juillet 2019 à Abidjan la capitale ivoirienne. En effet, L’ÉCO, est le nom d’un projet de monnaie unique des quinze pays membres de la Communauté des Économiques Des États de l’Afrique de l’Ouest (Bénin, Burkina Faso, Cap Vert, Côte d’Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée Bissau, Guinée, Libéria, Mali, Niger, Nigéria, Sénégal, Sierra Leone et Togo).

L’introduction de cette nouvelle monnaie, initialement prévue en décembre 2009, a été reportée en janvier 2015, avant d’être mise en veilleuse en 2014. Selon le président ivoirien Alassane Dramane Ouattara, par ailleurs, président en exercice des chefs d’États et de gouvernements de l’UEMOA (Union Économique et Monétaire Ouest Africaine) : « Les pays membres de la zone UEMOA qui n’ont pas de problèmes de bonne gestion, de bonne gouvernance, de maîtrise des déficits, de maîtrise des dettes sont prêts en 2020 pour un changement monétaire. Toutefois, il appartiendra aux chefs d’états de cette zone de prendre une décision. »

Malgré les nombreuses difficultés socio-économiques confrontées dans l’espace CEDEAO, les chefs d’États africains ont largement échangé sur cette nouvelle alternative monétaire qui sera mise en vigueur à partir du 1er juillet 2020. Pour rappel, l’introduction de la nouvelle monnaie se fera, toutefois, étape par étape. L’objectif étant de ne pas précipiter la fin du franc CFA.

Cependant, à peine lancée, cette monnaie qui doit remplacer le franc CFA fait déjà débat. Certains économistes, à l’instar de Stéphane Ghanii, estiment qu’un taux de change flottant pour L’ÉCO serait profitable encore une fois au trésor français. Le but recherché est que cette monnaie puisse répondre au besoin de changement monétaire des pays de la zone du franc CFA et que ces derniers coupent définitivement le lien avec le trésor public français. En d’autres termes, que la France ne garantisse plus la parité entre le franc CFA et l’Euro, que le taux de change soit plus flexible et que les réserves des pays africains ne soient plus logées dans les comptes du trésor français mais ailleurs dans des endroits que les africains vont choisir eux-mêmes.