Home EUROPE ANGLETERRE : Julian Assange : 50 semaines de prison.

ANGLETERRE : Julian Assange : 50 semaines de prison.

0
Julian Assange - Photo page facebook

Le mercredi 1 mai 2019, la justice britannique a décidé de condamner Julian Assange, le fondateur de Wikileaks, à 50 semaines de prison pour avoir enfreint les termes de sa liberté conditionnelle le 19 juin 2012.

Le fondateur du célèbre site wikileaks, Julian Assange âgé de 47 ans, s’est présenté ce mercredi 1 mai 2019 au tribunal de Southwark soutenu par une trentaine de personnes qui ne cessait de clamer “shame on you” (“Honte à vous”).

Julian Assange a finalement été condamné pour s’être réfugié à l’ambassade londonienne d’Equateur le 19 juin 2012. Il y est resté les 7 années suivantes jusqu’à son arrestation le 11 avril 2019 par la police britannique.

Selon le juge en charge de ce dossier, Deborah Taylor, Julian Assange s’était engagé dans une “tentative d’échapper à la justice”. Pour ce délit, il encourt normalement une peine maximale de cinquante deux semaines de prison.

Julian Assange pourra solliciter sa libération en purgeant la moitié de sa peine. Cependant, les ennuis ne font que commencer pour lui car les Etats-Unis ont déposé une demande d’extradition qui a été examinée le jeudi 2 mai 2019 par le tribunal de Westminster Magistrates.

Son avocat, Mark summers, a avancé que Julian souffrait d’une dépression, de rages de dents chroniques et d’infections respiratoires. En plus, sa décision de se réfugier à l’ambassade d’équateur était juste motivée par sa “très grande peur d’être extradé aux Etats Unis” et enfermé à la prison de Guantanamo.

L’avocat a, par la suite, lu une lettre rédigée par son client Assange et dans laquelle il présentait ses excuses. Je me suis trouvé au cœur de circonstances terrifiantes auxquelles ni moi ni ceux auprès de qui j’ai cherché conseil n’ont pu trouver de solution. J’ai fait ce que je croyais à ce moment-là être le mieux et peut-être la seule chose que je pouvais faire», a-t-il précisé. Cependant, la juge Deborah Taylor, même en saluant ces excuses, ajoute:  «Vous avez exploité votre position privilégiée pour contourner la loi et avez rendu public internationalement votre dédain pour les lois de ce pays.»

A rappeler qu’en plus des Etats-Unis, la Suède de son côté, décide de poursuivre Julian Assange pour viol et agression sexuelle dans son pays.