Home INTERNATIONAL INDE : Le premier ministre veut rassurer les musulmans.

INDE : Le premier ministre veut rassurer les musulmans.

0
©L'Express

Après plusieurs journées de protestations violentes, voire mortelles dans le pays contre la loi sur la citoyenneté, le Premier ministre indien Narendra Modi a assuré, ce dimanche 22 décembre 2019, que le texte adopté par le parlement ne concernait pas les citoyens musulmans.

Les manifestations contre la loi de citoyenneté se poursuivaient dans plusieurs villes de l’Inde. Au cours d’un meeting à New Delhi, le Premier ministre a tenté de rassurer les Indiens musulmans face à l’inquiétude provoquée par sa nouvelle loi sur la citoyenneté. Cette nouvelle disposition, jugée discriminatoire, a entraîné une série de protestations qui ont fait au moins 25 morts et mis son gouvernement nationaliste hindou face à une vaste contestation populaire.

La loi en question a été votée le 11 décembre par le Parlement indien, elle facilite l’obtention de la citoyenneté indienne pour les réfugiés d’Afghanistan, du Bangladesh et du Pakistan, à l’exception des musulmans.

Narendra Modi a accusé le parti du Congrès, principal parti d’opposition indien, de pousser le peuple indien musulman à la révolte en faisant croire que le gouvernement vise à les envoyer dans des camps de détention. Le premier ministre a jugé que ce sont des histoires inventées par les opposants.

Les camps de détention inquiètent les populations puisque le vice-ministre de l’Intérieur a pour sa part reconnu devant le parlement que 28 personnes étaient mortes dans de tels camps ces dernières années.

Narendra Modi a encore donné l’assurance que la loi n’est nullement un prétexte pour mettre en place un « registre des citoyens » de l’Inde. Registre que beaucoup de musulmans du pays craignent puisqu’il les viserait essentiellement.

Les Indiens de confession musulmane forment 14% de la population, soit environ 200 millions sur les 1,3 milliard d’habitants. La nouvelle loi sur la citoyenneté a provoqué à la fois la peur et la colère de cette communauté, et elle a déclenché l’un des plus vastes mouvements de contestation de ces dernières années en Inde.