Home AMÉRIQUE HAÏTI – Le peuple a dit adieu à son président Jovenel Moïse 

HAÏTI – Le peuple a dit adieu à son président Jovenel Moïse 

0
Funérailles du président Jovenel Moïse @France24.com

Les funérailles du président de la République, Jovenel Moïse, ont été organisées ce vendredi 23 juillet 2021 dans la ville de Cap-Haïtien, en présence de la veuve du chef d’État, Martine Moïse,  mais aussi de plusieurs délégations étrangères et de membres du gouvernement. Des moments de forte émotion pour tout le peuple haïtien qui se rappelle encore l’assassinat du chef de l’Etat, à l’âge de 53 ans, par un commando lourdement armé le mardi 7 juillet 2021.

C’était la tristesse et la consternation ce vendredi 23 juillet à Haïti. Les funérailles du président de la République, Jovenel Moïse, avaient regroupé le peuple haïtien dans la ville de Cap-Haïtien d’où le chef de l’Etat assassiné était originaire. Quinze jours après ce crime ignoble, le peuple rend hommage à son président dont le cercueil était recouvert du drapeau national et de l’écharpe présidentielle.  Sous la présence de la veuve, Martine Moïse, qui a survécu à l’attaque du commando, ainsi que des différentes personnalités politiques et sociales du pays comme de l’étranger. Un bataillon a rendu les honneurs militaires au chef de l’État, avec notamment l’hymne présidentiel, suivi de l’hymne national. La cérémonie religieuse était dirigée par cinq prêtres. 

À voir aussi  BIRMANIE - Heurts entre pro-junte et habitants de Rangoun

La veuve, Martine Moïse, s’est adressé au peuple haïtien en des termes émouvants qui ont laissé pensé que beaucoup en ont voulu à son mari sans une raison valable. Quel crime as-tu commis pour mériter un tel châtiment ? […] Il s’est retrouvé du jour au lendemain avec tout le système en bloc, en face de lui », se désole l’épouse en deuil, coiffée d’un chapeau noir et portant un masque avec une photo de son mari.

La cérémonie funéraire s’est déroulée sous une forte surveillance policière puisque, la veille de ces obsèques nationales, des heurts avaient éclaté dans la ville de Cap-Haïtien entre des manifestants et les forces de l’ordre. Des affrontements motivés par la présence sur place du directeur général de la police nationale, Léon Charles à qui les habitants continuent de reprocher de n’avoir pas assuré correctement la sécurité du chef de l’Etat.

       

Laisser un commentaire