Home TCHAD TCHAD : Incarcération d’opposants suite à des manifestations interdites

TCHAD : Incarcération d’opposants suite à des manifestations interdites

0
Idriss Déby Itno @Capture facebook

Plusieurs opposants ont été incarcérés lundi 8 février suite à leur arrestation le samedi 6 février 2021. En cause : ils ont bravé l’interdiction de manifester instaurée par les autorités tchadiennes. Opposition et société civile étaient sorties dans les rues pour dénoncer le sixième mandat controversé du président sortant Idriss Déby Itno. Ce dernier souhaite briguer un 6ème mandat à la tête du pays. 

L’annonce de la candidature du président sortant Idriss Deby Itno à un sixième mandat, a provoqué une série de manifestations à travers le pays le samedi 6 février 2021. Des membres de l’opposition et les acteurs de la société civile ont appelé à manifester pacifiquement pour dénoncer cette volonté du président sortant de tenter de briguer un sixième mandat après 31 ans passés à la tête du Tchad. Beaucoup d’entre eux ont été arrêtés et incarcérés à la maison d’arrêt de N’Djamena, la capitale. Selon le ministre de la Justice, Djimet Arabi, les manifestants « ont été mis sous mandat de dépôt pour trouble à l’ordre public parce qu’ils ont transgressé un arrêté interdisant ces manifestations. » Parmi les personnalités placées sous mandat de dépôt, on retrouve notamment Mahamat Nour Ahmed Ibedou, une figure de la société civile. Leur procès aura lieu le lundi 15 février.

Au total 14 personnes ont été appréhendées lors des manifestations contre ce que les opposants considèrent comme « le mandat de trop » du président tchadien âgé de 69 ans, Idriss Deby Itno. Les manifestants arrêtés sont poursuivis « pour trouble à l’ordre public, coups et blessures volontaires et destruction de biens. » 

À voir aussi  MALI : La Cour constitutionnelle publie les résultats définitifs des législatives.

Né en 1952 à Fada dans le Nord du Tchad, Idriss Déby Itno dirige le Tchad depuis le 1er décembre 1990. À l’époque, il était à la tête d’une rébellion appelée le “Mouvement patriotique du Salut” et qui sera plus tard transformée en parti politique. Il fut tombeur apprécié d’Hissène Habré avec qui il avait pourtant combattu le gouvernement d’union nationale de transition de Goukouni Wedeye qui s’était réfugié en Algérie après sa chute en 1982.

Idriss Déby Itno a gagné les cinq élections successives de 1996, 2001, 2006, 2011 et 2016. Le président sortant candidat à sa propre succession compte prendre part au scrutin présidentiel du 11 avril 2021 avec la promesse de modifier la Constitution pour limiter le nombre de mandats à deux. Ironie du sort, le même Idriss Déby avait procédé en 2005 à la modification de la Constitution par l’Assemblée nationale. Son objectif d’alors était de mettre fin à la limitation des mandats.

       

Laisser un commentaire