Home BANQUE NIGERIA – Le Naira qui a déjà perdu 171% de sa valeur,...

NIGERIA – Le Naira qui a déjà perdu 171% de sa valeur, tend vers une nouvelle dévaluation

0

Le Naira, monnaie du Nigeria, première économie d’Afrique en termes de PIB, a perdu une bonne partie de sa valeur ces dix dernières années. A cause de la crise sanitaire et de son impact sur l’économie mondiale, le Naira n’a plus le pouvoir pour lequel il était réputé en 2010. La monnaie nigériane a perdu 171% de sa valeur sur le dollar au cours de la dernière décennie. Une situation qui risque de s’aggraver notamment en raison d’un déficit de 4000 milliards de nairas (environ 9,8 milliards $) sur son commerce avec l’extérieur au premier trimestre de 2021.

Le Naira pourrait de nouveau être dévalué. La monnaie nigériane a perdu 171% de sa valeur sur le dollar de 2010 à 2021. Selon le Bureau des statistiques officielles (National Bureau of Statistics), le Nigeria a connu un déficit de 4000 milliards de nairas (environ 9,8 milliards $) sur son commerce avec l’extérieur au cours du premier semestre de 2021. L’année d’avant (2020), le pays avait un déficit de 7375 milliards de nairas (18 milliards $). Les difficultés ne s’arrêtent pas là. Le Nigéria traîne une dette extérieure d’un montant de 33 milliards. D’ailleurs de janvier à mars 2021, le pays a dû payer 1 milliard $ de service de la dette, en montants principaux et en intérêts. À tout cela, s’ajoute la difficulté du Nigéria à attirer les investisseurs étrangers. Par exemple, au cours du premier semestre de 2021, la première économie d’Afrique n’a accueilli que 2,7 milliards $ de capitaux étrangers contre 7,15 milliards $ et 14,5 milliards $ sur la même période, respectivement en 2020 et 2019.

À voir aussi  AFRIQUE : Un Corridor Dakar-Abidjan.

Dans un pays où l’importation permet de couvrir une bonne partie des besoins alimentaires, la difficulté d’accéder aux devises va sans doute causer la hausse des prix des denrées de première nécessité. Déjà en juin 2021, selon de récentes données sur l’inflation, les aliments importés ont connu une hausse de 21%. Une situation qui, au fil du temps, pourrait être à l’origine d’une nouvelle dévaluation.

       

Laisser un commentaire