Home ECONOMIE OUGANDA : Le pays pourrait devenir un acteur majeur du pétrole et...

OUGANDA : Le pays pourrait devenir un acteur majeur du pétrole et du gaz en Afrique.

0

L’Ouganda affirme son intention de devenir un acteur majeur du pétrole et du gaz. Cela catapultera automatiquement l’Ouganda en plus grand producteur de brut d’Afrique de l’Est, et fournira des revenus indispensables au développement et à la création

NAIROBI, Kenya, 23 avril 2020/ — Le président Museveni, et les PDG de Tullow Oil et de Totel, n’auraient pas pu choisir un meilleur moment pour annoncer leur accord pour résoudre un différend de longue date sur la taxe des gains en capital qui avait précédemment empêché Tullow Oil de céder ses licences du lac Albert à Total.

Tullow Oil, une junior pétrolière, a annoncé qu’elle avait convenu de la vente de l’intégralité de sa participation dans le projet de développement du lac Albert en Ouganda au principal pétrolier Total pour 575 millions de dollars. C’est une bonne nouvelle pour les deux sociétés, l’Ouganda et l’industrie pétrolière dans le monde et en Afrique en particulier, qui traversent tous une période de détresse face au Covid -19 et à la chute des prix du pétrole.

Cela catapultera automatiquement l’Ouganda en plus grand producteur de brut d’Afrique de l’Est, et fournira des revenus indispensables au développement et à la création. Les estimations actuelles de la Banque mondiale s’attendent à ce que l’Ouganda enregistre des taux de croissance de plus de 10% par an résultant de la production de pétrole et des activités associées. « Cet accord montre beaucoup de prévoyance pour faire une acquisition de cette nature à un prix aussi incroyable mais raisonnable. Le règlement des différends qui a ouvert la voie à cet accord doit être salué. Le président Museveni, Tullow Oil et Total ont compris qu’être proactif et faire des concessions est bon pour l’Ouganda, les emplois, les contrats pour les habitants et la croissance régionale », a déclaré NJ Ayuk, président de la Chambre africaine de l’énergie.

Sélectionné pour vous :  GHANA : Le pays veut se passer de l'argent du FMI.

Plus important encore, l’accord envoie les bons signaux au marché et aux investisseurs que malgré les défis actuels, l’Ouganda est ouvert et prêt à faire des affaires. Conformément à l’appel lancé par la Chambre africaine de l’énergie aux gouvernements pour qu’ils fassent preuve de souplesse dans l’évaluation des projets existants dans l’environnement commercial actuel, le gouvernement ougandais, avec la participation directe du président S.E. Yoweri Kaguta Museveni, était disposé à céder du terrain et à conclure l’accord. C’est bon pour l’Ouganda et un exemple pour d’autres pays africains confrontés à la crise pétrolière à suivre. Il est susceptible d’avoir des effets positifs bien au-delà de la crise actuelle, avec toujours plus d’explorateurs et de sociétés pétrolières susceptibles de revoir les licenses de l’Ouganda pour tenter de reproduire les succès des découvertes de Tullow Oil.

L’accord est également un énorme coup de pouce pour la construction d’un pipeline qui transportera le brut vers les marchés internationaux. « Le projet de pipeline Ouganda / Tanzanie (Pipeline d’Afrique de l’Est) en lui-même entraînera non seulement la création d’emplois supplémentaires, mais rendra également l’ensemble du pays viable en tant que frontière pétrolière majeure. C’est une grande victoire pour l’industrie pétrolière et gazière locale et régionale et propulse la région de l’Afrique de l’Est à jouer un rôle pour aider le secteur de l’énergie à rebondir », a déclaré Elizabeth Rogo, présidente de la Chambre africaine de l’énergie pour l’Afrique de l’Est.

Sélectionné pour vous :  SÉNÉGAL : Le nouvel avion A330 d'Air Sénégal réceptionné.

Nous verrons probablement d’autres sociétés pétrolières comme Oranto Petroleum forer des puits d’exploration supplémentaires dans des blocs adjacents, afin de tirer parti de l’infrastructure du pipeline. L’oléoduc augmente également l’attractivité des blocs de pétrole situés au sud du Soudan du Sud, producteur de pétrole voisin. Les découvertes potentielles là-bas sont maintenant susceptibles d’atteindre un point mort inférieur, en raison de la réduction des coûts de canalisation via l’Ouganda.

Tout en reconnaissant la volonté du gouvernement ougandais de faire des compromis sur ce différend fiscal particulier, permettant ainsi cette transaction révolutionnaire. La Chambre africaine de l’énergie continue de plaider pour des mesures spéciales supplémentaires qui faciliteront une décision finale d’investissement de Total et ses partenaires, et le déploiement de capitaux pour d’autres projets de forage et de géophysique en Ouganda dans le climat des affaires actuel. Nous exhortons le gouvernement à continuer de travailler avec l’industrie pour améliorer le climat des affaires afin d’augmenter les investissements dans le pétrole et le gaz.

Sélectionné pour vous :  AFRIQUE: ECO, la nouvelle monnaie dans l'espace CEDEAO.

Source : AfricainInfo / Par APO