Home AFRIQUE CENTRALE RD CONGO : Martin Fayulu dénonce un « coup d’État constitutionnel ».

RD CONGO : Martin Fayulu dénonce un « coup d’État constitutionnel ».

0
ph : theworldnews.net

Ses requêtes rejetées et la victoire de Félix Tshisekedi confirmée par la Cour Constitutionnelle avant le lever du soleil, l’opposant Martin Fayulu a dénoncé le 20 janvier, un « coup d’État constitutionnel » annonçant qu’il se considère désormais comme « le seul Président légitime » de la RDC revendiquant la victoire avec 60% des voix.

Candidat malheureux de la coalition Lamuka à la présidentielle, arrivée 2ème la présidentielle avec 34,8% des voix, Martin Fayulu n’a pas su se maitriser, après l’annonce le week-end de la décision irrévocable de la Cour constitutionnelle, confirmant la victoire de Félix Tshisekedi. Quelques minutes après l’arrêt de la haute court,, l’opposant a convoqué la presse dans son hôtel, proche de la résidence présidentielle, dans la commune de Gombe. Dans ses déclarations, Martin Fayulu a dit se considérer comme le président élu de la RDC, appelant en même temps le peuple à la résistance, sans trop de commentaires. En même temps, partout ailleurs, les félicitations à l’endroit de Félix Tshisekedi affluent.

« Par cet arrêt, la Cour Constitutionnelle vient, une fois de plus, de confirmer qu’à l’instar de la CENI, elle est au service d’un individu et d’un régime dictatorial qui ne respecte ni les lois de la république ni les règles les plus élémentaires de la démocratie et de la morale », a lancé l’opposant qui espérait obtenir de la cour le recomptage manuel des voix. « Ce n’est ni plus ni moins un coup d’État constitutionnel, car il porte à la magistrature suprême un non élu (…) je me considère désormais comme le seul président légitime de la République démocratique du Congo », a-t-il ajouté, entouré de ses proches et de quelques jeunes militants.

Après avoir demandé aux Congolais de « ne pas reconnaître tout individu qui se prévaudrait illégitimement de cette qualité ni obéir aux ordres qui émaneraient de lui », M. Fayulu a appelé ses compatriotes à organiser « des manifestations pacifiques sur toute l’étendue du territoire national » pour protester contre la décision de la Cour Constitutionnelle. À la communauté internationale, le perdant a demandé de « ne pas reconnaître un pouvoir qui n’a ni légitimité ni qualité légale pour représenter le peuple congolais ».

M. Fayulu accuse M. Tshisekedi d’être « totalement complice » d’un « putsch électoral » organisé par le président sortant, Joseph Kabila. Dans le camp de ce dernier, l’on digère la défaite d’Emmanuel Ramazani Shadary (23 %), le verdict de la haute cour fait l’unanimité. La réaction de Fayulu est, en réalité, « l’expression du désarroi d’un leader qui n’a rien de démocratique. C’est en réalité un leader autocratique qui voudrait par ces appels punir le peuple », a réagi le porte-parole de la majorité présidentielle, Alain Atundu, joint par Jeune Afrique.

Rappelons que des heurts ont brièvement éclaté, lundi, à Kinshasa, entre des partisans de l’opposant Martin Fayulu et des conducteurs de motos-taxis assimilés à des proches de Félix Tshisekedi. L’un d’eux a été gravement blessé à la tête. Environ 300 partisans de Martin Fayulu, rassemblés lundi 21 janvier dans le centre-ville de Kinshasa, où ils voulaient tenir une réunion publique, s’en sont pris à une poignée de conducteurs de motos-taxis assimilés à des proches de l’autre opposant, Félix Tshisekedi. Selon un journaliste de l’AFP, les pro-Fayulu ont lancé des pierres à un groupe des motos-taxis, blessant gravement l’un d’entre eux à la tête. La police est rapidement intervenue pour s’interposer et pour les disperser.

Notons que par cette publication des résultats définitifs, Kinshasa a passé outre l’appel de l’Union africaine qui avait émis de « sérieux doutes » sur les résultats publiés le 10 janvier dernier par la CENI. L’Union africaine avait d’ailleurs préconisé la semaine dernière que la publication des résultats de la présidentielle du 30 décembre soit repoussée, faisant part de « doutes sérieux ». Elle a annoncé le report de la venue en RDC d’une délégation.

La décision de la Cour constitutionnelle a toutefois convaincu plusieurs dirigeants africains, ceux du Kenya, de Tanzanie, d’Afrique du Sud ou du Burundi, d’adresser leurs félicitations à Félix Tshisekedi. Didier Reynders, ministre des Affaires étrangères de Belgique, l’ancienne puissance coloniale, a déclaré à la presse locale qu’il aurait préféré que le processus menant à l’élection de Félix Tshisekedi fût plus transparent. De son côté, Paris a indiqué « prendre note » de la victoire de Félix Tshisekedi à la présidentielle. « Cette élection a permis aux Congolais d’exprimer avec force et dans le calme leur désir d’alternance », a estimé la porte-parole du Quai d’Orsay lors d’un point de presse électronique. Un ambassadeur français sera envoyé en RD Congo pour assister à l’investiture de Félix Tshisekedi.

Alors que des messages de félicitations à Félix Tshisekedi fusent de partout, la position extrême, adoptée par Fayulu, pourrait bien s’avérer comme un simple coup d’épée dans l’eau. C’est une déclaration inopportune dont les conséquences pourraient à l’avenir le desservir. L’on se rappelle qu’en 2011, à l’annonce des résultats de la présidentielle, Etienne Tshisekedi avait adopté la même attitude, avant de s’essouffler sur le terrain politique. Martin Fayulu ferait mieux de ne pas retomber dans les mêmes travers.